vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers la peinture et la sculpture » Olivier Rachet : SOLLERS EN PEINTURE, une contre-histoire de (...)
  • > Sollers la peinture et la sculpture
Olivier Rachet : SOLLERS EN PEINTURE, une contre-histoire de l’art

La critique de Pascal Boulanger + « Passions fixes » par Olivier Rache + Entretien

D 6 mai 2019     A par Viktor Kirtov - Pascal Boulanger - Olivier Rachet - C 4 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Publication initiale le 3/03/2019

JPEG - 22 ko
sur amazon.fr


OLIVIER RACHET

SOLLERS EN PEINTURE -
Une contre-histoire de l’art

Broché : 224 pages
Editeur : Editions Tinbad
Parution : 12 mars 2019
Collection : Essai

Résumé

Une étude consacrée au discours iconoclaste que Philippe Sollers tient sur la peinture et les peintres dans ses oeuvres romanesques et théoriques. L’auteur examine la relation entre l’écriture avant-gardiste de l’écrivain et les questions fondamentales que pose l’expérience esthétique de la peinture. Tirage limité à 400 exemplaires. ©Electre 2019

Présentation de l’éditeur

Premier essai consacré à la peinture dans l’oeuvre foisonnante de Philippe Sollers, Sollers en peinture - Une contre-histoire de l’art interroge le discours iconoclaste qu’un romancier et théoricien de la littérature tient sur l’art le plus primitif qui soit. Un discours qui alimente une pratique d’écriture toujours avant-gardiste et la relance, à l’infini. À quelle expérience intérieure nous convient, d’ailleurs, les peintres ? Pourquoi faut-il abolir l’Histoire de l’Art ? Pour quelles raisons n’est-il pas de Salut en dehors de la figuration ? Quand le mouvement du pinceau rejoint celui de la plume et de la main branlante, c’est tout un art de vivre qui alors apparaît dans sa plus scandaleuse innocence...

A propos de l’auteur

Olivier Rachet est enseignant, en lettres modernes et cinéma-audiovisuel. Il collabore désormais à différents journaux, revues (Les Cahiers de Tinbad), magazines (Artpress, Diptyk) et sites en ligne consacrés à la littérature et à l’art contemporain, notamment au Maghreb. Il réside au Maroc, depuis une dizaine d’années. Son blog littéraire, « olrach.overblog.com », commence à être connu. Sollers en peinture est son premier livre. Il sera suivi d’un deuxième livre chez le même éditeur, Mes Arabes un chant d’amour postcolonial, en coll. « chant », livre très politique et « poétique » à la fois.

Le blog de l’auteur

La critique de Pascal Boulanger

Nous sommes peu nombreux, parmi ceux que l’on qualifie de poètes, à considérer que Philippe Sollers, en publiant notamment Paradis, s’est inscrit dans une totalité… poétique. De décasyllabes en rimes internes, toute la palette d’une langue qui résonne poétiquement joue ensemble et simultanément dans cette œuvre. Car la poésie, n’en déplaise aux sectateurs du vers, peut très bien passer par la prose. Ceux qui ont lu les Illuminations rimbaldiennes, les Poésies de Lautréamont ou encore Salammbô de Flaubert devraient le savoir.

La peinture qui, depuis ses premiers écrits, intéresse Sollers est inséparable d’une poétique et d’une érotique. Elle est, avant tout, une lecture et un hommage à la voix de la lumière et du corps, à son entrelacs de visions et de mouvements. Le charnel agit par vibrations et par rayonnements et c’est bien entendu le catholicisme celui, notamment, de la Contre-Réforme – qui a su prendre très au sérieux le défi de l’incarnation.

Que dans la tradition catholique le Verbe se fasse chair reste sans doute un mystère auquel seule la peinture dite figurative n’aura eu de cesse de s’affronter, écrit Olivier Rachet. La peinture s’envisage alors comme paradis perdu de la jouissance. Et s’il existe une légende tenace qui nous dit que Sollers serait dans une jouissance narcissique, l’essai médité de Rachet prouve l’inverse : Sollers a toujours été porté par-delà lui-même, ouvert à lui au-delà de lui-même. L’expérience sensible du temps (qui est l’essence même du poétique) ne peut que rencontrer la Bibliothèque, la musique, la peinture ; ces espaces infinis où l’on respire enfin. Tous les écrits – les partis-pris de Sollers, ses goûts, engagent une poéticité qui contredit les maladies du ressentiment, les images lisses du monde ou encore la gratuité esthétisante.

Une contre-histoire de l’art peut alors s’écrire, et elle s’écrit par Sollers, en effet, à travers la vision des œuvres de Giorgione, Titien, Tintoret, Poussin, Watteau, Fragonard, Manet, Picasso, de Kooning… autant de singularités en pleine démesure, autant de jouisseurs de formes qui se sont dégagés des voix encombrées et puritaines, des négativités qui font société et du bric-à-brac de la postmodernité. Loin du vertige iconoclaste (qui conçoit l’art comme absence radicale, libéré des pièges de la représentation) Sollers est passé maître dans l’art de faire parler la peinture : Sollers n’écrit pas sur la peinture. Il peint en écrivant, il écrit en peinture. Il tourne autour des couleurs, esquisse des traits qui partent de tous les points de convergence et de divergence, s’offrant au regard soucieux de l’instant.

La puissance épiphanique de la peinture a une multitude de noms qui laisse chanter la matière, l’élève en torsade. Que serait l’art s’il se soumettait au temps et au rire lugubre des damnés ? C’est l’histoire monumentale des oeuvres, vivantes et verticales, violemment anti-linéaires, qu’il s’agit de dévoiler pour atteindre et pour jouir d’un temps historial, retrouvé et retourné, dilaté et concentré.

Il y a eu, en 1983, la publication de La peinture et le mal par Jacques Henric. Il y a aujourd’hui cet essai tout aussi déterminant et central d’Olivier Rachet qui prouve que l’on peut encore entendre la vérité du temps tel qu’il est traversé par ceux qui le dévoilent et entrent dans une gravitation légère, abondance, glorieuse.

Pascal Boulanger

Un monde de livres : Olivier Rachet, Philippe Sollers et Vincent Roy invités sur RCJ

Les Mensuelles – Un monde de livres – Emission présentée par Josyane Savigneau qui reçoit Olivier Rachet, essayiste et blogueur, Philippe Sollers écrivain et Vincent Roy éditeur et journaliste.
28 mars 2019


Passions fixes

Publié par Olivier Rachet
olrach.overblog.com/

14 Février 2019,

JPEG - 276.5 ko
@crédit photo : Jacques Cauda, Surfiguration

Jadis si je me souviens bien, ma vie littéraire était un festin alimenté par les chroniques régulières de Sollers publiées en une du Monde des livres, dirigé alors par Josyane Savigneau. Dix-huit années de collaboration ayant donné lieu à une belle amitié de combat et à un ouvrage central dans l’œuvre de Sollers La Guerre du Goût. Une conversation infinie est la continuation par d’autres moyens, celui si peu goûté aujourd’hui de la conversation qui parfois peut prendre le tour de la polémique, de ces affinités électives devenues si rares dans le monde des lettres ; ne parlons pas du journalisme littéraire qui souvent nous fait honte ! Qu’y découvre-t-on ? Un Sollers plus en forme que jamais, un homme de lettres qui, à l’image des femmes qu’il a aimées, est un gnostique radical. Pas un agnostique suspendant paresseusement son jugement, mais un être avide de savoirs et de connaissances. On rapproche souvent Sollers de l’esprit encyclopédique des Lumières, mais c’est de plus en plus aux géants rabelaisiens qu’il conviendrait de le comparer tant sa renaissance est à l’image de la promenade amoureuse et littéraire que constitue cet ouvrage : infinie ! Seul celui qui sait – notamment comment jouir – peut s’octroyer le luxe de porter un jugement. Pas un jugement à la verticalité toute jupitérienne, mais une appréciation dionysiaque nécessairement horizontale. Une débandade de parfums, « l’expansion des choses infinies » dont parle toujours Baudelaire dans « Correspondances », une coloration féérique de tous les instants. Ni un monothéisme, ni un polythéisme, mais un athéisme fondamental qui ne ferait pas l’économie de la connaissance de Dieu. Il fut un temps pré-claudélien où connaître signifiait peu ou prou baiser, alors connaissons, mes frères !

La passion de la connaissance et du savoir est à rebours de toutes formes de croyance, notamment sexuelles. Sollers a toujours professé un athéisme sexuel radical. N’aurait-il pas soufflé à Philip Roth dont Josyane Savigneau est l’une des grandes lectrices son Professeur de désir, on peut le rêver ? « Elles connaissent le noir, elles aiment le bleu », écrit Sollers dans Portraits de femmes, à propos des femmes qu’il a aimées. Le savoir est tout d’abord celui du négatif toujours à l’œuvre, qu’on l’appelle Diable, hystérie, spectacle, péché c’est-à-dire « calcul », mensonge sous toutes ses formes ou social dans son ensemble et sa volonté de tout ensembliser, pour imaginer un néologisme qui s’opposerait à celui inventé par Dante dansLa Divine Comédie : « toujouriser ». « Le Diable, par définition, ne peut pas supporter la connaissance sexuelle », renchérit Sollers, ajoutant que « ce qui gagne à la fin, c’est le savoir ». Le savoir est, quant à lui, inséparable de la beauté et disons-le de l’amour. Ne pas céder sur son désir de beauté et donc d’aimer. Il est souvent question d’amour dans cette conversation à bâtons rompus, des lettres somptueuses que Dominique Rolin et Sollers se sont échangées pendant une cinquantaine d’années. Les correspondances font aujourd’hui florès, fleurissent comme des bouquets aux parfums infinis, et l’on aimerait ajouter aux exemples que l’auteur nous donne ceux d’Artaud et d’Anaïs Nin ou de Génica Athanasiou, sans parler des Lettres à Sophie Volland de Diderot qui essaiment dans plusieurs romans de Sollers. Il arrive, parfois, que Josyane Savigneau, passée maître dans l’art d’interroger son interlocuteur, titille l’auteur de Femmes sur sa conception de la fidélité. — La fidélité, « une constance intellectuelle radicale », lui répond-il, imperturbable. — La vieillesse, alors ? — « Vieillir, lui rétorque-t-il, c’est rajeunir. [...] Je cours peut-être moins vite, mais je pense plus vite. » Un auteur aujourd’hui pour dire mieux ? J’en doute. Sollers serait plutôt d’ailleurs un compositeur, un dragon chinois, un sage taoïste, mais c’est une autre histoire...

Philippe Sollers, Josyane Savigneau, Une conversation infinie, éditions Bayard.

A propos de Jacques Cauda

Jacques Cauda, né à Saint-Mandé le 9 juillet 1955, est un peintre, écrivain, poète, photographe et documentariste français. Parallèlement à des études de philosophie, il poursuit une formation de réalisateur. À partir de 1978, il réalise pour les télévisions française, algérienne et canadienne une trentaine de documentaires.

PLUS ICI : Wikipedia

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


4 Messages

  • Albert Gauvin | 11 avril 2019 - 10:59 1

    Demain 12 avril de 19h à 21h
    à la Libraire La petite lumière, 14 rue Boulard, 75014 Paris.


    Rachet à Paris.
    ZOOM : cliquer sur l’image.


  • Viktor Kirtov | 18 mars 2019 - 15:31 2

    Entretien et présentation réalisés par Jean-Paul Gavard-Perret pour lelitteraire.com, le 12 mars 019.

    Sous des aspects primesautiers, Olivier Rachet est un écrivain conséquent. Ils sont rares. Il appartient ainsi à ceux qui ne se commettent avec l’inutile que lorsqu’il est essentiel. Pour preuve son travail sur Sollers et la peinture aux éditions Tinbad. L’auteur comme son “modèle” n’est pas de ceux qui protègent et stimulent la sottise. Et il est même meilleur avocat pour les autres que pour lui même — ce qui est fort de café dans notre société du tout à l’ego.

    Sachant que la vie terrestre est bien courte, il ne renonce à rien et surtout pas à changer certaines habitudes même si des pisse-froid les prendraient pour des défauts. Bref, il existe chez lui autant de sourire que d’intelligence.
    Le lire est une manière de ne pas mourir (le plus tard possible) idiot.

    Entretien :

    Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
    La lumière du jour.

    Que sont devenus vos rêves d’enfant ?
    Certains sommeillent encore, d’autres me font la grimace.

    A quoi avez-vous renoncé ?
    Au romantisme.

    D’où venez-vous ?
    Du Périgord.

    Qu’avez-vous reçu en dot ?
    Cette notion m’est inconnue. Je lui préfère celle de don et de contre-don.

    Un petit plaisir — quotidien ou non ?
    J’hésite entre le café et la masturbation.

    […]

    La suite sur le site le littéraire.com http://www.lelitteraire.com/?p=48430


  • Albert Gauvin | 14 mars 2019 - 16:49 3

    Prélude

    Les avant-gardes ont ceci de grandiose qu’elles durent. L’aventure de Tel Quel s’est poursuivie avec L’Infini. La révolution des salons initiée par Diderot se prolonge avec les textes de Sollers sur la peinture. Tous deux ont en partage un même esprit encyclopédique. Tous deux professent un même matérialisme athée. Extraits du livre. pdf


  • Albert Gauvin | 9 mars 2019 - 12:07 4

    Contre-figuration du réel

    Enfin un livre posi­tif sur Sol­lers. Certes, ce n’est pas le pre­mier, mais géné­ra­le­ment — en dehors des com­pli­ments d’usage et du cercle des amis et des cour­ti­sans — l’auteur per­met aux aigris de se défou­ler. Rachet n’appartient à aucun de ces deux groupes mais il crée une tra­vail exhaus­tif sur un aspect essen­tiel de l’oeuvre de l’auteur de “Para­dis”.
    Sous-titré “Une contre-histoire de l’art”, l’écrivain per­ti­nent remixe les divers écrits (livres théo­riques, romans, articles) sur le sujet. Sol­lers y offre un miroir non défor­mant mais “recom­po­sant” des plus inté­res­sants. S’y trouve rassem­blés — à par­tir de la première image sol­ler­sienne (L’Olympia de Manet) une his­toire flé­chée de l’art sur­tout depuis la Renais­sance ita­lienne, là où les corps et les por­traits s’enroulent non seule­ment autour de l’esprit et de Dieu en passant par les grands moments de la fin du XIXème siècle fran­çais et jusqu’à la pein­ture contem­po­raine euro­péenne et amé­ri­caine (entre autres).

    Olivier Rachet remarque fort jus­te­ment et dès sa pré­face com­bien chez Sol­lers l’axe majeur reste l’éros et ce, quels que soient les temps et les écoles : pein­ture reli­gieuse, ber­ge­ries bour­geoises, réa­lisme voire concep­tua­lisme et abs­trac­tion passent par cet angle d’attaque. Ce der­nier évite la sclé­rose des clas­si­fi­ca­tions qui impliquent une cer­taine rigi­dité et ne peuvent jamais embras­ser l’art dans son mou­ve­ment.
    L’auteur comme son modèle l’épouse et l’un et l’autre osent des rap­pro­che­ments qui rendent à l’art sa sou­plesse. Pour “par­ler” des corps dio­ny­siaques ou cru­ci­fiés, Sol­lers sait faire des choix plus qu’estimables et des rap­pro­che­ments inédits. Sont reliés par exemple Picasso, De Koo­ning, Bacon qui ont pro­posé, s’appuyant sur le Nietzsche tra­gique, “La sai­son en enfer” de Rim­baud ou les “Chants” de Lau­tréa­mont, de nou­velles fêtes galantes et san­glantes à Venise ou ailleurs. Elles ont d’autres choses à dire et à mon­trer que l’iconographie insi­gni­fiante d’un Warhol.

    Dès lors, les montres de l’art sont remises à l’heure. Et ce pour une rai­son majeure : Sol­lers, esthète jouis­seur intelligent et cultivé, ne cherche jamais dans la pein­ture de l’éros — bien dif­fé­rente d’une pein­ture éro­tique — un art qui se conten­te­rait d’ajouter du leurre au leurre, du fan­tasme au fan­tasme.
    S’intéressant à ce qui se passe “dans” la pein­ture, et non sur ses bords ou der­rière, peu sen­sible à l’actionnisme, il préfère le résultat à son pré­lude. Preuve que la pein­ture a tou­jours beau­coup à dire et à mon­trer. Elle attend ses nouveaux Fra Ange­lico et Botti­celli. Et ils n’existent pas qu’en rêve mais sont une réa­lité même si — à périodes récurrentes — la fin de l’histoire de la pein­ture est annoncée.

    Olivier Rachet écrit donc un livre essen­tiel et sans la moindre fla­gor­ne­rie. Il fait le point sur le tra­vail esthé­tique de Sollers et prouve com­bien ses “prise de vues” sont ali­men­tées par un appel à la beauté et la liberté que toute société tente d’étouffer. Sol­lers s’oppose au rou­leau com­pres­seur des idées toutes faites sur les époques et les mou­ve­ments. Il reste de ceux pour qui la sou­mis­sion à la littéra­lité du réel ou le simple art d’idée n’a rien à pro­po­ser.
    Il faut aller le cher­cher là où les corps parlent comme Bataille (une des réfé­rence de Sol­lers) l’a sou­li­gné. Car sous l’éros, tha­na­tos n’est jamais loin.

    Mais les artistes consé­quent cherchent d’autres voies afin d’explorer cette dua­lité et réveiller l’esprit et le corps. A la per­ver­sion cachée du monde répond celle de Sol­lers et des artistes qu’il aime : ceux capables de quit­ter le monde de la limite par et pour celui de la beauté dont le mou­ve­ment déplace les lignes, les formes, les cou­leurs dans une contre-figuration du réel.

    jean-paul gavard-perret, lelitteraire.com