vous etes ici : Accueil » NOTES » Algérie, notre histoire par : PileFace.com
  • > NOTES

Algérie, notre histoire

D 20 décembre 2012     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Avec l’historien Benjamin Stora, qui a grandi à Constantine, le réalisateur Jean-Michel Meurice, appelé en Algérie de 1960 à 1962, confronte l’histoire de la guerre à la subjectivité de sa mémoire. Une chronique sensible où résonne la voix des vaincus.

« J’étais à l’école d’officiers de Cherchell. J’apprenais à faire la guerre, c’est-à-dire à tuer de toutes les manières possibles. Mais on ne nous disait jamais pourquoi ni qui étaient ces fellaghas. » En 1960, alors qu’il a 20 ans, le réalisateur Jean-Michel Meurice est affecté en Algérie. Comme 1,5 million d’appelés du contingent durant les presque huit années que durera cette vaste « opération de maintien de l’ordre », selon la dénomination officielle jusqu’en 1999. Cinquante ans après, escorté par Benjamin Stora, désormais spécialiste de la question algérienne, mais alors gamin de la communauté juive de Constantine, il confronte les replis subjectifs de sa mémoire à l’histoire de la guerre d’indépendance. Exhumant les souvenirs d’une insouciance lézardée, d’une candeur apolitique qui se fissure au gré des événements et l’amène à se poser la question de la légitimité de sa présence. Spectateur privilégié du ­chaos grandissant, il raconte le basculement, en avril 1961, de centaines d’officiers du côté des putschistes décidés à renverser de Gaulle, finalement acquis à l’indépendance. Évoque le déchaînement de la violence les derniers mois.

Film singulier à la première personne, le documentaire est gros de ressentiments non digérés, des promesses non tenues aux harkis, aux pieds-noirs, aux soldats. Fort d’un montage habile et d’une bande-son qui joue parfois à l’extrême le contraste entre l’époque yéyé et le ratissage des douars, il entrelace les propos du réalisateur et le contrepoint historique et humain de Stora, dialogue avec l’écrivain Pierre Guyotat [1] et son ami, l’ancien parachutiste Philippe Durand-Ruel. Emaillant son film d’extraits de longs métrages [2] et d’archives d’actualités, Meurice, tout en dévidant sa petite musique mémorielle, donne corps au terrible sentiment de gâchis face à cette « guerre injuste et inutile ».

1.


(durée : 22’06")

2.


(durée : 22’06")

3.


(durée : 22’06")

4.


(durée : 22’06")

[1Tombeau pour 500 000 soldats.

[2Avoir 20 ans dans les Aurès, de René Vautier ; Adieu Philippine, de Jacques Rozier ; Au biseau des baisers, de Guy Gilles.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)