Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la littérature » Oscar Wilde : « Il n’y a qu’un seul péché : la bêtise (...)
  • > Sollers et la littérature
Oscar Wilde : « Il n’y a qu’un seul péché : la bêtise »

D 22 octobre 2020     A par Albert Gauvin - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Dorian Gray, un portrait d’Oscar Wilde

Documentaire de Philippe Picard et Jérôme Lambert (France, 2019, 53mn)

GIF

Récit subversif, Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde et ses aphorismes ravageurs scandalisèrent l’Angleterre victorienne à sa parution en 1890. Anatomie brillante d’une œuvre sans rides, reflet lucide de son auteur.

Plus d’un siècle après sa publication en 1890, Le portrait de Dorian Gray, conte fantastique doublé d’une œuvre subversive et prémonitoire, qui scandalisa l’Angleterre victorienne terrifiée par la modernité, n’a rien perdu de son acuité, à l’heure du culte de l’image et de l’obsession de l’éternelle jeunesse. Offrant à l’esthète Oscar Wilde une notoriété sulfureuse, savamment mise en scène par lui-même, ce roman à clefs sur la beauté et le désir revisite avec brio le pacte faustien. Célébrant l’hédonisme et l’assouvissement des pulsions à l’aube de la psychanalyse, le livre fustige dans le même mouvement l’hypocrisie des apparences. Mais l’époque conservatrice ne pardonnera pas son audace à l’écrivain, taxé d’immoralité et soupçonné d’homosexualité, quand lui présume de ses capacités à tout orchestrer. Jugé pour s’être affiché avec le jeune lord Alfred Douglas et condamné en 1895 – le roman sera utilisé comme pièce à conviction – à deux ans de travaux forcés, Oscar Wilde meurt seul à Paris en 1900 dans une chambre d’hôtel, avant que Le portrait de Dorian Gray n’accède à l’immortalité, revendiqué haut et fort par les Swinging Sixties, à commencer par David Bowie.

Ironie mordante

Porté par une bande-son rock et mêlant habilement archives et compositions numériques, le documentaire pénètre au cœur de ce roman visionnaire, reflet de l’auteur qui y insuffla son âme et son esprit au travers d’aphorismes provocateurs à l’ironie mordante. Au fil d’analyses critiques, d’éclairages passionnés d’écrivains, dont la très éprise Amélie Nothomb, ou du témoignage de Merlin Holland, son petit-fils, le film retrace le destin brillant et tragique d’Oscar Wilde, qui avait anticipé sa déchéance à travers celle de son héros, et montre combien son œuvre, entre légèreté et profondeur, résonne de fulgurante justesse.

GIF

Scandaleux Oscar


Scan d’un croquis d’Oscar Wilde et de son commentaire lors d’une tournée aux États-Unis en 1882 par J. E. Kelly. Édition de De Profundis par Putman’s and sons, 1905.
Crédit wikipedia. ZOOM : cliquer sur l’image.
GIF

Chaque année, lorsque sont décernés les oscars du cinéma à Los Angeles, l’énorme industrie spectaculaire devrait observer une minute de silence en l’honneur d’Oscar Wilde. Le plus oscar des oscars, l’oscar suprême de la représentation globale, en effet, c’est lui. Comédien et martyr, Wilde ? Sartre l’a dit de Genet, en se trompant sur la profondeur et la poésie de Genet. De même, Gide (autre protestant), après avoir été fasciné par Wilde, le débine à plusieurs reprises, lui fait la morale, et lui reproche, finalement, de manquer de « franchise », comme si les questions sexuelles pouvaient être traitées franchement. Il paraît qu’elles le sont aujourd’hui et que l’homosexualité est désormais acceptée, normalisée, officielle. Plus d’affaire Verlaine-Rimbaud, plus de répression, plus de préjugés. Allons donc. Et c’est là que l’extraordinaire figure de Wilde monte en puissance, et qu’il faut lire et relire son fulgurant et bouleversant De profundis [1], ainsi que ses lettres de prison lorsqu’il se trouvait, condamné à deux ans de travaux forcés, dans la sinistre geôle de Reading. Comme l’écrit Stephen Fry, qui a incarné Wilde au cinéma [2], dans son excellente préface à un choix d’aphorismes tous plus éclatants les uns que les autres : « Le courage de Wilde n’était pas d’avoir une "sexualité parallèle", mais une parfaite liberté d’esprit. Ne voir en lui qu’un martyr homosexuel avant la lettre, c’est, me semble-t-il, faire justement le jeu de ceux qui l’ont mis plus bas que terre voici un siècle. »

Wilde a défié la société de son temps, l’épouvantable hypocrisie victorienne, qui n’a nullement disparu, quoi qu’on dise. C’est lui, malheureusement poussé par son amant lord Alfred Douglas, qui a attaqué le père de celui-ci, le marquis de Queensberry, qui le poursuivait de sa haine. Il est ainsi passé, brusquement, de la gloire à l’infamie. Mais l’essentiel n’est pas là. Fry, qui ose se décrire lui-même avec humour comme « une petite tapette juive », va jusqu’à écrire : « J’admire — j’admire vraiment — les hétérosexuels qui voient en Wilde un homme de grande valeur. Car leur jugement est véritablement pur. » Pas de morale, donc : l’esprit. On voit mal Wilde se transformant avec le temps en militant d’une cause communautaire, devenir un bon citoyen, mettre de l’eau dans son vin, renoncer à son dandysme naturel, mettre à plat ses goûts, ses croyances. Gide, encore lui, toujours soucieux de « franchise », compare Wilde à Proust, qui lui-même aurait été « un grand maître en dissimulation ». Avec gourmandise, il cite Wilde lui disant qu’il a mis son génie dans sa vie, et seulement son talent dans son oeuvre, comme si le génie de vivre n’était pas une oeuvre. Wilde disait, sans doute de façon peu démocratique : « J’ai les goûts les plus simples qui soient. Je me contente toujours de ce qu’il y a de mieux. » Et aussi : « N’ayant pas de génie, il n’avait pas d’ennemis. »

Autre scandale, religieux, celui-là : le catholicisme de Wilde. Il embête ses condisciples d’Oxford avec ça, s’arrange pour rencontrer Pie IX et, plus tard, Léon XIII, multiplie les provocations dans ce sens, autrement dit vise, avec sûreté, le puritanisme anglo-saxon bientôt universel. « L’Eglise catholique n’est faite que pour les saints et les pécheurs. Pour les gens comme il faut, l’Eglise anglicane suffit amplement. » Au moment de sa mort misérable, en 1900, à Paris, un prêtre irlandais viendra lui administrer simultanément le baptême et l’extrême-onction. Esthétisme paradoxal ? Non, intelligence de la sensation libre. « Il n’y a qu’un seul péché : la bêtise. » Wilde y revient sans cesse : la brutalité, la cruauté, la stupidité viennent d’un manque d’imagination. C’est ce qu’il reproche sévèrement à Douglas, qu’il trouve superficiel, comme au règlement pénitentiaire, qu’il juge dégradant. La bêtise est en haut, elle est aussi en bas : le scandale de Wilde est qu’il connaît très bien la haute société et celle des bas-fonds. C’est ce court-circuit qui le rend suspect, puis insupportable. Après tout, pour les Anglais, il était quand même irlandais (comme le scandaleux James Joyce) .

Que serait devenu Gide s’il n’avait pas bénéficié en Algérie des conseils de débauche de Wilde ? N’en doutons pas : c’est la virtuosité de Wilde qui agace Gide, son snobisme, ses facultés jaillissantes de conteur, la vivacité de sa conversation, son dégagement permanent, son brillant sans complexes, son manque d’inhibitions, sa liberté sans principes : « Je préfère les personnes aux principes, et je préfère à tout ce qui peut exister au monde les personnes sans principes » (le Portrait de Dorian Gray). Wilde déguisé en Corydon ? Vous voulez rire. « Le bon goût est l’excuse que j’ai toujours avancée pour justifier la vie déplorable que je mène. » Mais aussi : « La moralité n’est rien d’autre que l’attitude que nous adoptons envers les gens qui nous sont antipathiques. » Et aussi : « Avoir bonne réputation est une des nombreuses plaies dont je n’ai jamais eu à souffrir. »

Le vrai scandale, par tous les temps, ce n’est pas la « sexualité » (que notre époque aura réussi à rendre ennuyeuse), mais l’esprit. L’esprit souffle où il veut, il est insaisissable, il répugne aux clichés, il paraît volontiers à contretemps et peu sentimental. Exemple : « Il possède une de ces natures épouvantablement faibles que rien ne peut influencer. » Ou bien : « La seule façon dont une femme peut jamais réformer un homme, c’est de l’ennuyer si profondément qu’il perde toute espèce d’intérêt pour la vie. » Ou encore (par ces temps de mariages présidentiels) : « On devrait grever d’impôts les célibataires fortunés. Il n’est pas juste que certains hommes soient plus heureux que les autres. » Ou encore : « Vivre est ce qu’il y a de plus rare. La plupart des gens existent, voilà tout. » Ou encore : « Aucune pose n’est aussi difficile à tenir que le parfait naturel. » Et voici ma notation préférée : « Je ne voyage jamais sans mon journal intime. Il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train. » Merveilleuse insolence de Wilde.

« Je vis dans la terreur de ne pas être incompris », disait-il. Qu’il se rassure, il reste incompris. Le terrible et profond De profundis n’est pas lu, ou à peine. Dans sa cellule de Reading, où il loue l’humanité des prisonniers et condamne, comme personne, leurs conditions d’existence (il insiste sur la terreur ressentie par les enfants enfermés), il lit et relit Dante. Le dernier gouverneur de la prison lui permet d’écrire : on lui doit donc ce chef-d’oeuvre qui est aussi une analyse ultralucide de sa liaison catastrophique avec Douglas, qu’il décrit comme un parasite. Bien entendu, à l’époque, on parle partout de lui comme exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Il y a même des sermons contre lui aux Etats-Unis. Wilde, pendant un temps d’ivresse, aura été le roi spirituel de Londres. Il a prophétisé ce qui suit : « De nos jours, nous avons vraiment tout en commun, l’Amérique et nous, à l’exception de la langue, bien sûr. » Ultime ironie : « Ah, je suis si content que vous soyez venu. J’ai une bonne centaine de choses à ne pas vous dire. » Et encore : « Il n’y a qu’une seule chose au monde qui soit pire que d’être la cible des commérages, c’est de ne pas l’être. » Et enfin, solitude : « Faire parler de soi sans jamais qu’on vous parle, c’est délicieux. » Décidément, Gide et Sartre s’éloignent, pendant que Proust, Genet, Bacon, Warhol et Wilde sont plus que jamais parmi nous.

Philippe Sollers, Le Nouvel Observateur, 17 avril 2008.
Discours parfait, 2010, folio 5344, p. 335-339.

Oscar Wilde. Aphorismes, traduits de l’anglais par Béatrice Vierne et présenté par Stephen Fry, Arléa Poche, 2008.

GIF

OSCAR WILDE

La Compagnie des auteurs par Matthieu Garrigou-Lagrange
Mai 2020 (première diffusion : novembre 2016).

JPEG - 239.1 ko
Oscar Wilde par Napoléon Sarony, 1882.
Metropolitan Museum of Art.

Épisode 1 : Un destin tragique et fabuleux

Né en 1854 à Dublin et mort en 1900 à Paris, Oscar Wilde connut la gloire puis l’opprobre. Esthète et génie, l’affirmation de sa liberté le conduisit en prison et brisa sa carrière. C’est de ce destin tragique que nous parle dans ce premier volet Daniel Salvatore Schiffer, auteur de Oscar Wilde (2009, folio) et de Le Dandysme ou la création de soi (cf. Ph. Sollers, Métaphysique du dandysme ).

Voix d’André Gide.

GIF

Et cela commence avec David Bowie...

GIF
*

Épisode 2 : Homosexuel et martyr

JPEG - 127.9 ko
Oscar Wilde par Sarony, 1882.

Condamné en 1895 aux travaux forcés en raison de son homosexualité, Oscar Wilde passa deux années en prison à l’issue desquelles il s’exila en France. C’est de cette partie de sa vie que nous parle dans ce deuxième volet Charles Dantzig, traducteur de Oscar Wilde, L’Importance d’être Constant et contributeur du catalogue de l’exposition Oscar Wilde, l’impertinent absolu.

Voix de Paul Fort et de Robert Badinter.

GIF

GIF
*

Épisode 3 : La vie comme une tragique oeuvre d’art

JPEG - 112.3 ko
Oscar Wilde par Napoléon Sarony, New York, 1882.

C’est à la conception esthétique de la vie prônée par Oscar Wilde que nous nous intéressons aujourd’hui avec Tzvetan Todorov, auteur notamment des Aventuriers de l’absolu (Robert Laffont, 2005) et Anatole Tomczak, traducteur du Portrait de Dorian Gray : non censuré (Grasset, 2016 : Extrait).

GIF

GIF
*

Épisode 4 : Un théâtre de l’absurde

JPEG - 151.4 ko
Oscar Wilde en 1889.

C’est au théâtre d’Oscar Wilde que nous nous intéressons dans un premier temps en compagnie d’Alain Jumeau, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, également traducteur de Oscar Wilde, L’Importance d’être Constant. Dans un second temps, Pascal Aquien, professeur à l’université Paris-Sorbonne nous propose le commentaire de trois textes d’Oscar Wilde issus de La Ballade de la geôle de Reading, du Portrait de Dorian Gray et du De Profundis.

GIF

GIF

Acte de décès d’Oscar Wilde, mentionnant l’ignorance de sa filiation maternelle.
Crédit wikipedia. ZOOM : cliquer sur l’image.
GIF
*

[1Gallimard, Folio-essais (1992), présentation de Jean Gattégno, 288 p.

[2"Wilde", de Brian Gilbert (1997)

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)