vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Une conversation infinie (suite)
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Une conversation infinie (suite)

Josyane Savigneau et Philippe Sollers

D 12 février 2019     A par Albert Gauvin - C 5 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Frédéric Taddeï reçoit la journaliste littéraire Josyane Savigneau et l’écrivain Philippe Sollers pour « Une conversation infinie » aux éditions Bayard.

RT France. Interdit d’interdire.
Diffusé en direct le 7 février 2019.

GIF
GIF


Philippe Sollers et Josyane Savigneau à La Closerie des lilas, Paris.
© Renaud Monfourny. ZOOM : cliquer sur l’image.
GIF

Si l’on se retrouve dans Paris, vers la maison Gallimard, en fin d’après-midi, on les voit souvent attablés à une terrasse de café. On s’est toujours demandé ce qu’ils pouvaient avoir à se dire, tous les jours, à la même heure, depuis des années.

Cette question est la base de ce livre d’échanges entre Philippe Sollers et Josyane Savigneau, Une conversation infinie (Bayard), et vu la qualité de ce qui s’y dit, on aimerait lire davantage d’échanges entre écrivains, ou entre écrivain et critique littéraire, bref entre amoureux de littérature. Le seul écueil de l’exercice, c’est que la conversation se mue très vite en interview de Sollers par Savigneau.

Peu importe, leur amitié forme aujourd’hui une sorte de camp où l’on sera nombreux à se retrouver. Car pourquoi sont-ils amis  ? “Parce que nous sommes des camarades de combat”, répond Sollers. “Parce qu’on déteste le mensonge social. Ça suffit. Ce n’est même pas une question d’opinion ou de positionnement politique. Quelqu’un qui a bien identifié la façon dont la société l’empêcherait d’être libre, ça se fait très tôt, j’allais dire au berceau. Alors ceux-là, ou celles-là, s’ils tiennent bon sur leur désir, deviennent automatiquement des camarades de combat.

Le combat aujourd’hui  ? Le marché, la littérature ou plutôt le livre de plus en plus réduit à son contenu contre le style, et puis le puritanisme, la simplification à outrance de tout, l’amnésie, l’hypocrisie. Comment ne pas continuer la conversation  ?

Nelly Kaprièlian, Les Inrocks.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


5 Messages

  • Albert Gauvin | 1er juin 2019 - 10:24 1

    LA CHINE, L’AMOUR, QUE DIABLE

    Par Fanni Chambas Peintre, plasticienne


    Philippe Sollers et Josyane Savigneau, en 2011, à Lille.
    Photo Nadège FAGOO. Light Motiv. ZOOM : cliquer sur l’image.
    GIF

    Mon regard s’est tout de suite posé sur ce livre bien exposé dans ma librairie de quartier. Ces deux noms associés ? Je ne comprenais pas. Le livre ouvert, debout, je commence à le feuilleter, et je pars avec, envie d’en savoir plus. Une conversation ? Mais ce n’est pas une conversation, c’est une interview faite par Josyane Savigneau : ce sont des camarades de combat, comme dit Philippe Sollers, qui se connaissent parfaitement bien et qui se voient très souvent. Ce titre me paraît une formule littéraire pour permettre à Philippe Sollers de présenter d’une manière plus vivante, plus légère, plus dynamique aussi, une grande partie de sa pensée.

    Sollers : « Avoir des conversations devient de plus en plus rare. On échange des clichés ou alors quelqu’un parle et on s’endort, vous connaissez ça. » Les thèmes abordés : « L’amour », « Dieu », « La fidélité », « Le diable », « La vieillesse et la mort », « La gloire », « La Chine »… Il les a développés dans ses livres mais là, c’est une autre façon de les synthétiser pour faire comprendre sa pensée sur des thèmes universels qui règlent notre vie depuis toujours. Sollers m’oblige à penser sur Dieu, le Diable. J’aime cette phrase : « Le plus beau des courages est d’être heureux. » Sur l’amour, je retiens : « L’amour n’est pas toujourisé. Or c’est envisageable et faisable. Pour cela il faut prendre le temps d’une façon autre. Définir cette toujourisation comme se passant à chaque instant. »

    Comme toujours je prends un énorme plaisir à le lire. On glisse d’un thème à l’autre facilement, même si parfois je dois relire deux fois une phrase pour que vraiment rien ne m’échappe. Il m’incite à repenser, à m’interroger, à me faire une opinion et à avoir une réflexion indépendante de la presse sur le monde dur dans lequel nous sommes. J’ai lu ce livre en y revenant sans cesse, pour le seul plaisir de ne pas le quitter. Je sais qu’il sera désormais là sur mon étagère et que j’y reviendrai.

    Libération, 31 mai 2019


  • Albert Gauvin | 22 avril 2019 - 12:51 2

    Elle est journaliste et a dirigé le Monde des Livres de 1991 à 2005. Auteure de plusieurs livres dont 2 biographies sur M. Yourcenar et Carson Mc Cullers, d’un essai littéraire « avec Philip Roth », et dernièrement d’un livre écrit, à 4 mains avec Philippe Sollers, une conversation infinie.

    Musique émoi, 21 avril 2019


    Josyane Savigneau et Elsa Boublil
    Zoom : cliquez sur l’image.
    GIF

    GIF

    Une Conversation infinie
    Josyane Savigneau et Philippe Sollers
    Paru le 23 janvier 2019 aux Editions Bayard

    Dans cet ouvrage, la grande journaliste, ancienne directrice du Monde des livres, tient la plume pour faire entrer le lecteur dans une longue conversation avec l’écrivain le plus prolixe en matière de femmes et d’amour : Philippe Sollers. Ensemble, ils évoquent leur longue amitié et peu à peu, Josyane Savigneau amène Sollers à se dévoiler, à évoquer ses relations amoureuses, la jalousie, la création littéraire, mais aussi la viellesse, la religion, la mort, le fait d’être catholique. Il se dégade du texte un charme très captivant, Philippe Sollers fait bien sûr preuve de l’esprit qu’on lui connaît, mais il livre aussi des réflexions très profondes, inédites, étonnantes et révèle, à 83 ans, une pensée pleine de jeunesse et d’énergie.

    Programmation musicale

    François Couperin, Pièces de clavecin Livre III, 13ème ordre en si mineur : La Fidélité
    Scott Ross, clavecin
    Francis Lopez, La Belle de Cadix
    Luis Mariano, chant. Orchestre dirigé par Jacques Henry Rys
    Ludwig van Beethoven, Bagatelle n°25 en la mineurWoO 59 “Lettre à Elise”
    Lang Lang, piano
    Ludwig van Beethoven, Symphonie n°3 en mi bémol Majeur op.55 (Scherzo : Allegro vivace)
    Orchestre Philharmonique de Berlin. Direction : Herbet von Karajan
    Georg Friedrich Haendel, Il Trionfo del tempo e del disinganno HWV 46a (Lascia la spina cogli la rosa, air du Plaisir extrait de l’acte II)
    Cecilia Bartoli, soprano , Les Musiciens du Louvre. Direction : Marc Minkowski
    François Couperin, Pièces de clavecin Livre III, 17ème ordre en mi mineur : La Superbe ou La Forqueray
    Scott Ross, clavecin
    Frank Churchill, Someday my prince will come
    Chick Corea et Friedrich Gulda, pianos
    Joseph Haydn, Symphonie en si bémol Majeur HOB.I : 85 “La Reine” (Adagio – vivace)
    Philharmonia Hungarica. Direction : Antal Dorati
    Wolfgang Amadeus Mozart, Quintette avec clarinette en la Majeur K.581 (Allegro)
    Quatuor Cherubini, Michel Portal, clarinette
    Giuseppe Verdi, Rigoletto (La Donna è mobile, air du Duc extrait de l’acte III)
    Luciano Pavarotti, ténor. Orchestre Symphonique de Londres. Direction : Richard Bonynge


  • Albert Gauvin | 14 avril 2019 - 01:24 3

    France Inter, Coulisses du samedi 6 avril 2019
    Bref interview de Josyane Savigneau et Philippe Sollers à La Closerie des lilas.

    GIF


  • Albert Gauvin | 15 mars 2019 - 15:58 4

    Josyane Savigneau : « Je souhaitais que Philippe Sollers s’explique » LIRE ICI. pdf


  • Albert Gauvin | 3 mars 2019 - 13:23 5

    Radio Notre-Dame, 22 février 2019 : Philippe Sollers et Josyane Savigneau, une conversation infinie !


    Radio Notre-Dame, 22 février2019.
    Zoom : cliquez sur l’image.
    GIF

    La journaliste et l’écrivain dévoilent leur amitié en parlant d’amour. Qui a décidé que, parvenus à un malentendu radical, les hommes et les femmes n’avaient plus rien à se dire ? Voici la preuve du contraire : depuis plus de vingt ans, en fin d’après- midi, un écrivain connu et très controversé (Femmes, La Guerre du goût…) parle avec une journaliste réputée et elle-même controversée (biographie de Marguerite Yourcenar, un livre sur son ami Philip Roth…). Ils abordent, dans une conversation qui n’est pas près de finir, les sujets qui préoccupent la société de leur temps, et leurs obsessions particulières. Tout y passe : l’amitié, l’amour, la fidélité, la littérature, la sexualité, la politique, la religion. Ils sont rarement d’accord, ce qui fait l’actualité de leurs échanges. Invitation à une conversation infinie passionnante et sans langue de bois au micro de Sophie Nouaille.

    Le Diable. Accord dans le désaccord sur le dernier Houellebecq Sérotonine.

    GIF

    Retour sur l’actualité : la misère sociale, les gilets jaunes, la société du spectacle a son président. La hainamoration. — Pause : Nicole Croisille (Chabadabada...) — Les valeurs de la République, Arthur Cravan : où en sommes-nous avec le temps ? "Balance ton porc". La ligue du lol. Rimbaud. Encore le Diable.

    GIF

    Moralité :

    Mon âme éternelle,
    Observe ton vœu
    Malgré la nuit seule
    Et le jour en feu.

    Donc tu te dégages
    Des humains suffrages,
    Des communs élans !
    Tu voles selon... (Rimbaud)

    Crédit RND