vous etes ici : Accueil » SUR-D’AUTRES-BLOGS » Onfray : fin de partie par : PileFace.com
  • > SUR-D’AUTRES-BLOGS

Onfray : fin de partie

D 4 juillet 2020     C 1 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Michel Onfray s’est longtemps fait passer pour un représentant des classes populaires. Alors que sa nouvelle revue Front populaire le place sans aucun doute possible à l’extrême droite du spectre politique, deux historiens, qui s’étaient déjà exprimés à son sujet en 2010, dialoguent dans les colonnes du Grand Continent pour défaire les mythes avec lesquels s’est construite cette personnalité médiatique. On y découvre un faussaire et un manipulateur de textes, dont la voix ne porte peut-être déjà plus autant qu’avant. LIRE ICI.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • luc nemeth | 7 juillet 2020 - 18:01 1

    bien entendu l’actuelle dérive du personnage est insupportable mais c’est beaucoup plus tôt qu’il aurait fallu lui rentrer dans le lard -et plus précisément sitôt que notre "hédoniste" national, qui de toute évidence spéculait sur la confiance que lui accordait un public sincèrement désireux de se cultiver mais entretenait avec celui-ci un rapport de gourou a osé se proclamer : libertaire, et allez donc...
    Or force est de constater que le très opportuniste ’Monde libertaire’ (qui notoirement n’engage que lui-même mais dont toute protestation aurait pu avoir un effet salutaire) s’est bien gardé de lui chercher noise et que l’on a assisté à une répétition presque mimétique du scenario à la Chomsky : ces gens ont préféré fermer les yeux et défendre l’indéfendable, pourvu de s’afficher "du même côté" qu’une gloire médiatique ! En fait ils n’ont commencé à prendre -timidement- leurs distances que lorsqu’il a commis un crime à leurs yeux impardonnable : celui d’empiéter sur ce qu’ils considéraient comme leur chasse gardée et de jeter son dévolu sur… Camus.