vous etes ici : Accueil » SUR-D’AUTRES-BLOGS » Thomas A. Ravier : « La littérature grandit de maintenir la vitalité (...) par : PileFace.com
  • > SUR-D’AUTRES-BLOGS

Thomas A. Ravier : « La littérature grandit de maintenir la vitalité d’une ambiguïté sans cesse approfondie » (Apollon dans la poussière)

D 16 mai 2019     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Il nage à contre-courant, mais en rythme. Thomas A. Ravier, né en 1969, est un écrivain éblouissant qui depuis 1994 publie essais et romans dans lesquels une formidable verve cavale. Le scandale Mc Enroe, Éloge du matricide : Essai sur Proust et L’œil du prince chez Gallimard – L’infini faisaient détonner une trinité stylistique autant inédite qu’inouïe (tennis, littérature, cinéma). Il y a deux ans Les hautes collines (Gallimard – Haute enfance) documentait la douloureuse vente d’une maison de famille. L’année dernière son essai chez Léo Scheer Sans le baroque, la musique serait une erreur annonçait la couleur d’un amour sans limites pour cette forme particulière de pulsion de vie dans les arts dont il est le digne héritier. Son nouveau roman Apollon dans la poussière, toujours chez Léo Scheer se lit sans lever les yeux, la puissance des personnages fixant le lecteur au texte et le doute imposant partout le désir. Le genre de texte qui avance et qu’on ne peut laisser. LIRE ICI.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)