vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Tribune des lecteurs / Tribune libre » « Sur et autour de Sollers » par Thelonious
  • > Tribune des lecteurs / Tribune libre
« Sur et autour de Sollers » par Thelonious

D 16 octobre 2018     A par Thelonious - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Dans notre boîte de réception, nous trouvons un message de Thelonious, un lecteur fidèle de pileface, qui nous gratifie, au fil du temps, de commentaires rares, mais pertinents et érudits, que nous apprécions.
Avec quelque retard, indépendant de notre volonté, nous vous vous proposons, en partage dans "La Tribune des lecteurs", ce message resté coincé dans notre ‘boîte réception’, et qu’il avait intitulé, en forme de clin d’œil au site : « Sur et autour de Sollers »

V.K.

Quelle revue lire en ce début d’automne en attendant le dernier numéro de L’Infini (143) dans ma boîte aux lettres ? J’entre dans une librairie et me dirige vers le rayon consacré aux périodiques. Je suis tenté par le numéro 66 de La Règle du jeu (septembre 2018) consacré à Venise avec sur son bandeau " Entretien exclusif avec Philippe Sollers", mais je me dis que je retrouverai bientôt l’entretien sur Pileface..., puis mon regard est attiré par une revue que je ne connais pas, Décapage. Le sommaire du numéro 59 indique deux auteurs que je lis depuis des années : Yannick Haenel et Jérôme Leroy.

Le dossier sur Haenel fait plus de 50 pages (textes et nombreuses photos). Il retrace son parcours d’écrivain, ou plutôt son destin. C’est passionné, passionnant.

Dans la partie consacrée à ses amitiés littéraires, on retrouve son comparse François Meyronnis, Louis-René des Forêts et, bien sûr, Philippe Sollers. De ce dernier il loue " sa disponibilité à l’ouverture de l’existence poétique, à ce qu’il appelle avec Heidegger, l’éclaircie." Et plus loin il ajoute : "sa passion intense pour la littérature, je m’y reconnais. J’ai la même. Contrairement à ce qu’on dit, elle est rare. Les gens croient aimer la littérature, mais leur goût est un automatisme, ils ne s’y consacrent pas. Moi, je n’ai de pensée que pour elle, je passe mes journées à écrire, je ne fais que ça et de plus en plus." Et très Beckettien, "Je ne suis que ça."
Un peu plus loin dans la même revue une suite de 9 poèmes de Jérôme Leroy, extraits d’un recueil à paraître : « Elle t’écrit ».

Je retiens celui-ci :


Elle t’écrit
La seule chose qui les atteint c’est que tu continues à écrire
et que tu en vives
Oublie-moi si tu veux mais eux
Oublie-les vraiment Tu existes sans eux
malgré leurs petites manoeuvres leurs minuscules vexations
Hier j’avais un peu de force
je suis allée voir les vignes
il est pour toi pas pour eux le sourire de la jeune fille
sur le quai de la petite gare
Elle t’écrit
Écris
Écris pour elle écris pour moi.

Mais quel rapport entre ces deux écrivains si différents, sinon celui que je fais dans ma tête en liberté mais un tantinet embrumée ?
J’ouvre alors le blog que J. Leroy tient, Feu sur le quartier général, et là, oh surprise ! Alors que je jette une passerelle entre ces deux auteurs, Leroy publie un bel article intitulé
« Père Manquant et Alors ? » Illustré par une photo de Sollers le Jeune :

Et il conclut son éloge de Sollers par...un extrait de L’Eclaircie, que voici :

Faire l’amour de façon satisfaisante permet d’accumuler du temps. On gagne une semaine d’avance. La maîtrise de soi s’accentue, la pensée vise mieux ses cibles, on reparle sa propre langue. Adieu, brume, brouillard, pluie, nuages venteux, mauvais rêves, voix hostiles. On sait ce qu’on veut, on le peut, les taxis roulent plus vite, les cèdres vous saluent, les rendez-vous sont expédiés, on s’exprime à vif, on abrège. Surtout, on compose mieux, allegro, adagio, presto.

Voilà, la brume a disparu !
Cqfd !
Thelonious

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • ELLE | 17 octobre 2018 - 07:54 1

    Bon, j’ai terminé grosso modo pour aujourd’hui ma visite. Il m’est impossible d’en faire un compte-rendu logique et détaillé : je ne suis pas assez forte. J’ai quitté le palais-cerveau avec un sentiment de confort après avoir suivi d’étonnants sentiers, des avenues, des boulevards sans éprouver le moindre complexe de doute ou d’infériorité. J’ai consulté le registre des œuvres de Jim : parues les unes après les autres de siècle en siècle, elles ont peu à peu construit l’encyclopédie d’un corps - le sien - qui n’aura plus rien à cacher. Clair lieu de volupté, équilibre définitif.
    Dominique ROLIN / Journal amoureux