vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la littérature » Lumières de Tzvetan Todorov
  • > Sollers et la littérature
Lumières de Tzvetan Todorov

+ Soirée hommage à la BnF le 2 mars

D 2 mars 2017     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Ce soir 2 mars, Hommage à Tzvetan Todorov à la BNF
Une soirée, organisée par la Bibliothèque nationale de France qui présentera les mille facettes de cet intellectuel disparu le 7 février, à travers des témoignages, des lectures et des séquences musicales.
Occasion de remettre à la une cet article publié lors de son décès. Article enrichi des sections :

Le Cercle littéraire de la BnF – Entretien vidéo du 23 mai 2011
Goya à l’ombre des Lumières, Tzvetan Todorov
L’exposition "Lumières ! Un héritage pour demain", réalisée en 2006 à la BnF.
La Bibliothèque nationale de France (BNF) rendra hommage, le 2 mars 2017, de 18 h 30 à 21 heures dans le grand auditorium du site Tolbiac, à l’essayiste et historien Tzvetan Todorov décédé le 7 février dernier à l’âge de 77 ans. Auteur prolifique, il était notamment membre du Conseil scientifique de la BNF et a été commissaire de l’exposition "Lumières ! Un héritage pour demain", réalisée en 2006
*

Tzvetan Todorov essayste et théoricien des idées vient de mourir à Paris, à l’âge de 77 ans. D’origine bulgare, comme Julia Kristeva, de deux ans sa cadette, tous deux sont arrivés à Paris dans les années 60, ont commencé par partager des intérêts communs pour la théorie de la littérature, la sémiotique, fréquenter les mêmes cercles intellectuels, notamment le groupe Tel Quel. Le premier qui mentionne Tel Quel devant Julia Kristeva, c’est, semble-t-il, Tzvetan Todorov [1].

Partie I - PORTRAIT


Portrait de Tzvetan Todorov

En introduction d’une émission québécoise consacrée à son livre, La Peur des barbares, Robert Laffont, 2008 :

La vidéo complète

Lumières de Tzvetan Todorov

C’est le titre qu’a choisi Jean-Louis Kuffer dans sa chronique du 7 février, lors de l’annonce du décès de Tzvetan Todorov. Il l’avait rencontré en 2005, à la parution des Aventuriers de l’absolu. Entretien pour honorer sa mémoire :

C’est un livre immédiatement captivant que le dernier ouvrage paru de Tzvetan Todorov, intitulé Les aventuriers de l’absolu et consacré à trois écrivains qu’il aborde, plutôt que par leurs œuvres respectives : par le biais plus intime de leur engagement existentiel.
La recherche de la beauté, dans le sens où l’entendaient un Dostoïevski ou un Baudelaire, liée à une quête artistique ou spirituelle, et aboutissant à un certain accomplissement de la personne, caractérise à divers égards ces pèlerins de l’absolu que furent Oscar Wilde, Rainer Maria Rilke et la poétesse russe Marina Tsvetaeva. Sous un autre point de vue, ils se rejoignent également dans la représentation dualiste qu’ils se font de l’art et de la vie, comme si l’absolutisme artistique était foncièrement incompatible avec les nuances de celle-ci en son infinie relativité…

Lire l’entretien complet dans Les Carnets de Jean-Louis Kuffer

La voix de Tzvetan Todorov

C’était lors d’une conférence récente le 6 mars 2015 dans le cadre des Tribunes de Marrakech à l’Université Cadi Ayyad.
Sur un de ses thèmes de prédilection ces dernières années : « Barbarie et civilisation : jadis et maintenant :

Dans Tel Quel N°31

Demandez « le programme » ! Pas celui du candidat à la présidentielle, Macron. Non celui de Sollers et des Telqueliens. Tzvetan Todorov y participe et figure au générique du numéro. Plongez dans la pensée de l’époque (automne 1967), celle de Sollers et les Telqueliens, avec une évocation de Tzvetan Todorov. C’est ICI.

oOo

Partie II - HOMMAGE A LA BnF


Le Cercle littéraire de la BnF – Entretien du 23 mai 2011

Zvetan Todorov, Jean-Christophe Bailly et Lydia Flem

Présentée par Laure Adler et Bruno Racine
Durée : 50’


Le Cercle littéraire de la BnF - Entretien du... par BNF

Goya à l’ombre des Lumières. Un essai de Tzvetan Todorov

Au lendemain de la Révolution française, les idées des Lumières se répandent en Europe. Mais, en Espagne, elles sont revendiquées par l’armée de Napoléon, qui occupe le pays entre 1808 et 1813, ce qui ne va pas sans poser des questions graves aux défenseurs du progrès. Faut-il imposer le bien par la force ? Peut-on contrôler la violence par la raison ? Quelle voie reste ouverte lorsque toutes les promesses ont été trahies ? Un homme est le témoin privilégié de ces bouleversements : le peintre Goya, qui fréquente les milieux éclairés de Madrid.

Dès 1793, il entreprend une exploration de tout ce que les Lumières ont laissé dans l’ombre. Sa quête se poursuit jusqu’à sa mort en 1828. Elle lui fait découvrir les puissances nocturnes qui, non moins que la volonté et la raison, dirigent la vie des hommes, et peuvent conduire au meurtre et au viol, à la torture et à la folie. Les illuminations de Goya concernent aussi notre temps.Tzvetan Todorov, observateur lucide et inquiet des nouveaux désordres du monde, met en évidence la pensée puissante de cet artiste de génie. Quarante-deux images en noir et blanc et vingt-quatre images en couleur accompagnent ce récit passionnant.

Tzvetan Todorov met en évidence la pensée puissante de cet artiste de génie. Historien et essayiste, il est l’auteur d’une trentaine de livres consacrés à l’étude des oeuvres littéraires, picturales, à l’analyse des sociétés et à l’histoire des idées.

L’exposition "Lumières ! Un héritage pour demain" réalisée en 2006 à la BnF

Dès la première moitié du XVIIIe siècle, surgissent partout en Europe des idées nouvelles qui, à travers la métaphore de la lumière évoquent le passage de l’obscurantisme à une pensée et une action libres, éclairées par la raison, qui est donnée en partage à tous les hommes de la terre.


ZOOM... : Cliquez l’image.

ZOOM... : Cliquez l’image.


«  S’il n’y avait en Angleterre qu’une religion, le despotisme serait à craindre ; s’il y en avait deux elles se couperaient la gorge ; mais il y en trente et elles vivent en paix »
Voltaire, 1734

Pus sur le site de la BnF


[1cf. « À propos de Tel Quel : les souvenirs de Julia Kristeva » par Anthony Dufraisse, Le Matricule des Anges, le 9 novembre 2016, repris sur le site de Julia Kristeva, ICI

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document