Pour une mystique de la chair ?
Débat Hadjadj-Sollers


Mise à jour 01/04/08 podcast, illustration.

La revue royaliste (et catholique - pléonasme), Les Epées, organisait le jeudi 27 mars 2008, une conférence entre Fabrice Hadjadj et Philippe Sollers, sur le thème Pour une mystique de la chair ?.

(JPEG)

F. Hadjdaj, 36 ans, juif de nom arabe et de confession catholique par la vertu de la grâce, devenu un fer de lance de l’aristocratie intellectuelle catholique, numéro 3 parmi les 200 personnalités catholiques qui comptent, en France, selon le classement de l’hehdomadaire catholique La Vie [1].
Face à lui, Philippe Sollers, défenseur de la « révolution catholique », celle que les historiens désignent sous le nom de contre-réforme qui a tourné le dos au « dolorisme puritain » et rendu toute sa place au corps magnifié dans les statues du Bernin, notamment. Une époque et un art que l’on qualifie aussi de « Baroque ».
Pugnace, il provoque la salle. Hadjadj le laisse jouer. Quand il prend la parole, cool et serein, c’est pour dire ses vérités à lui. Contraste total : l’un surjouant son personnage, l’autre le sous-jouant. L’un usant de mots et formules simples, Sollers est maintenant passé au registre du vocabulaire de l’essentiel sans les circonvolutions d’usage, Hadjadj, lui, est encore sous l’influence de la rue d’Ulm, même s’il a déjà marqué, plus fortement à d’autres occasions, son indépendance d’esprit et son côté provocateur, le titre de son dernier livre La profondeur des sexes en est une illustration, face à quoi, le récent Guerres secrètes de Sollers qui lui est opposé, avec son chapitre « Guerre divine », apparaît bien prude dans son énoncé. Sollers virulent à l’oral, moins à l’écrit. L’inverse pour Hadjadj. Mais une vision du catholicisme avec de nombreux points de convergence, finalement, au delà des oppositions apparentes et des différences de style.
La profondeur des sexes a aussi un sous-titre Pour une mystique de la chair. C’est écrit en petit, mais c’est écrit dessus. Pas d’ambiguité, près de 150 personnes étaient là pour entendre parler avec légèreté de sujets sérieux.

Quelques notes éparses, très partielles, concernant surtout les propos de Sollers :

KTO
L’assistance est plutôt de l’âge d’Hadjadj, « catho », intello, c’est celle de la revue Les Epées. « Dieu et le Roi ». Catho, ce mot que l’on ose à nouveau prononcer mais encore du bout des lèvres. Sollers ironise sur la télé KTO qui préfère se faire appeler Ka-Té-O, grand dieu !

*

Jansénistes

Nous sommes à côté de la station Port-Royal - dans une salle qui porte le nom de Pierre Nicole (1625-1695), un janséniste grand teint auteur de Logique de Port-Royal et Essais de morale , bien en odeur de sainteté jusqu’au XIXème siècle. La morale, le péché, deux notions que n’aime pas Sollers. Fabrice Hadjadj lui rétorque que le péché a été nécessaire pour que surviennent l’Incarnation du Christ, la Rédemption, la Mort et la Résurrection. Pas très logique en conséquence d’être à la fois pour la résurrection des corps et rejeter le péché ! Sollers pris en défaut de biaisement des fondements du catholicisme, mais Hadjadj ne pousse pas l’avantage, égrenant son chapelet de vérités sans effet de voix ni de manche. Pour Sollers, la morale puritaine a trop le goût de la moraline dénoncée par Nietzsche.

*

Falsification, toujours et encore

D’entrée de jeu, Sollers dénonce la falsification à l’ ?uvre dans le cours de l’histoire et aujourd’hui. « L’Histoire, surtout en France, est to-ta-lement fal-si-fiée ! ...ce qui s’est passé au au XVIIIème siècle, et que l’on appelle « Contre-Réforme » est une imposture totale. Il ne faut pas parler de Contre-Réforme, il faut parler de "« Révolution catholique »

« ...vous dîtes "Baroque" ...comme si tout le monde savait ce dont-il s’agit ...Pour la France ce qu’on a appelé le Baroque a été totalement ignoré ...Ce génie admirable qui s’appelle Le Bernin, a été refusé par Louis XIV pour réaliser Le Louvre. »

Et aujourd’hui, ces Aveux de Saint Augustin - une nouvelle traduction à partir du latin encensée par la critique - et pas un seul catholique pour dénoncer la falsification grossière. Une preuve : « Requiescat » du verbe reposer ( cf : Requiescat in pace : qu’il repose en paix) traduit « je me délasserai en toi » !

*

Le christianisme, c’est une erreur !

C’est Sollers qui le dit. Il faudra attendre l’enregistrement audio annoncé par la Revue les Epées pour ne pas déformer sa pensée. Contre le « dolorisme puritain », la « névrose chrétienne » qui alimentera le cabinet de Freud, « j’en invite à lire l’auteur incontournable qu’est Nietzsche c’est tout à fait visionnaire. » Lisez aussi Joseph de Maistre. « ...Tradition insidieuse de la fausse Eglise catholique française qui s’appelle l’Eglise gallicane. » « L’église de France n’est pas dans Le catholicisme mais dans le gallicanisme  » Falsification toujours. Le péché ? « C’est le clergé qui a besoin du péché ». Hadjadj appelle Faulkner à la rescousse ...« la morale de la miséricorde » qui reconnaît et veut aider « l’homme défaillant ». Non, aucun argument ne fait vaciller le roc Sollers. Seule la « révolution catholique » de cette époque de grâce qui a renoué avec la spiritualité du corps - corps et âme même salut - est digne de grâce. C’est le Credo de Sollers.
La sexualité ? « Tous les discours pieux sont en échec la dessus. »

son Zarathoustra : pas évident à lire

traduction de Maurice de Gandillac chez Gallimard (sur mon folio de 1985, on retrouve Rodin en couverture, Saint Jean-Baptiste) ne facilite pas la tâche.
persévérer, comme toujours.

*


La Résurrection des corps (le corps glorieux)

Sollers et Hadjadj sont d’accord pour dire que les catholiques ne mettent pas assez en avant la Résurrection. « Qui vous parlera de la Résurrection, cette faribole effarante ? ...Trouvez-moi un catho qui croit à la Résurrection ! » ...Qu’est-ce que ça veut dire la résurrection des corps ? Osez poser et répondre à cette question essentielle :

« Etes-vous prêt à accepter de revivre votre vie telle que vous la viviez, là maintenant,
Sans RIEN changer.
ETERNELLEMENT ?

C’est çà la résurrection des corps !
J’ai fait ma petite enquête. Eh bien généralement c’est non ! »

Ecoutez les homélies lors d’un décès. Y célèbre t-on la résurrection les corps ? Ce serait le bon moment. Silence de mort !

Fabrice Hadjadj évoque le corps glorieux au-delà de la mort. Il y a bien longtemps que je n’avais plus entendu parler de corps glorieux. Y croyez-vous ? Mon attention était sur le point de vaciller quand Philippe Sollers, d’une voix bien distincte dit « J’en suis certain ! ». Passe immédiatement en état d’attention active mais, non, l’oracle avait parlé, il n’en dira pas plus. Qu’est-ce qu’un corps glorieux ? Réponse sur wiki KTO

*

« ...Expérience du divin de naître au moins deux fois... on peut vivre la mort dans sa vie.
- je suis parfaitement mort en vous parlant, c’est pour ça que ma parole a un certain poids »
(sic)

*

Les gnostiques

Evocation des gnostiques, du livre qui vient de leur être consacré et « qu’il faut lire [2] ». Sollers cite de mémoire un passage de l’Evangile gnostique de Philippe son homonyme : « Bienheureux celui qui est avant d’avoir été. Car celui qui est a été et sera. »

Le même Philippe qui poursuit dans son évangile : « Je suis toi et tu es moi. Et, où que tu sois, moi, je suis là et je suis en toutes choses disséminé. D’où que tu le veuilles, tu me rassembles. Et, en me rassemblant, tu te rassembles toi-même. » « Je me suis reconnu moi-même et je me suis rassemblé moi-même de toutes parts. »
Sollers renvoie à son livre Paradis pour plus de développements. Son intérêt pour la pensée gnostique ne date pas, en effet, de cette actualité de l’édition. Evangile « non homologué » par les Pères de l’Eglise, mais quête de connaissance des gnostiques. Recherche de la vérité et de la liberté qu’il ne faut pas passer en débit au chapitre Pertes et Profits de notre société marchande, Philippe Sollers s’en est longuement expliqué dans ses entretiens avec Daniel Hayman..

*

La vierge Marie

« ce qui spécifie le catholicisme, c’est la Vierge Marie » lance Sollers dans ses raccourcis fulgurants.

Hadjadj : La spécificité du catholicisme, c’est d’abord l’Incarnation de Jésus, non ?
Sollers : « Il faut des femmes, c’est le catholicisme qui les a sorties », Marie, Thérèse d’Avila et d’autres.... Evocation de « L’extase de Sainte Thérèse par le Bernin ». En fait, le titre original est « la Transfiguration de Ste Thérese ». Visage transfiguré de Thérèse, expression douloureuse mêlée de plaisir alors que l’angelot retire la flèche de ses entrailles. Tout l’art du Bernin pour exprimer le mystère de cette compénétration du corps et de l’esprit, une expérience seulement accessible à quelques élu(e)s. Prochainement un livre de Julia Kristeva dédié à la mystique.

(JPEG)
Le Bernin, L’extase de sainte Thérèse d’Avila
(JPEG)
Le Bernin, L’enlèvement de Proserpine

Sollers a aussi choisi Le Bernin, avec L’enlèvement de Proserpine pour la couverture de son livre Guerres Secrètes. Sophie Zhang, la photographe attitrée de Philippe Sollers et son ami vidéaste l’ont récemment accompagné à la villa Borghèse. Belle photo dans le numéro 101-102 de l’Infini..

*

Le pape

Benoît XVI. Il vient de baptiser une chinoise et un musulman journaliste italien en vue, Magdi Allam, pourfendeur de l’islam fanatique, tous deux convertis au catholicisme. Acte hautement symbolique de la part de ce pape qui proclame ainsi la force de son catholicisme sur les autres religions. Cet ancien gardien des dogmes : « Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. » quand il s’appelait encore Cardinal Ratzinger, main de fer dans un corps de timide, et intello de surcroît jouant Mozart au piano, pourrait bien nous étonner encore dans ses benoîtes actions. Ben Laden ne s’y était pas trompé en le mettant sur sa liste des personnes qui auront à répondre de leurs actes. Déclaration de guerre, comme en un autre temps, le régime soviéto-stalinien - consubstantiellement stalinien - avait décidé d’abattre Jean-Paul II. « Le pape, combien de divisions ? » : Un baptistère et deux baptêmes symboliques !

*

Sacrements

Mariage : « aujourd’hui le vrai libertin peut associer conjugalité très profonde et expériences multiples ».
Eucharistie : Ph. Sollers évoque sa proposition à la chaîne Arte : filmer la messe catholique, un moment précis celui de l’Elévation, dans différents lieux du monde, de la petite église perdue avec quelques fidèles à la cathédrale avec toute le rituel liturgique traditionnel. Avec partout, filmée en gros plan, l’image récurrente de l’hostie blanche se détachant sur le rond de l’objectif noir. Il en avait le scénario bien en tête. Combien de téléspectateurs capables de ne pas zapper ? L’Enfer est pavé de bonnes intentions.

*

L’Enfer

« On ne parle plus de l’Enfer » s’étonne Sollers ... Frédéric Boyer a fait traduire la Bible par des écrivains... chacun y a mis ce qui lui passait par la tête.
« ...étant le seul français qui ait lu à fond la Bible et Dante » (sic), je vous le dis (Sollers n’a pas dit « En vérité, je vous le dis »), « c’est extrêmement léger. » ...« on parle en terrain d’ignorance. Je suis un spécialiste, je vous communique mon décryptage »

*

Le mot de la fin

Ces conférences sont, de mon point de vue, plus denses que les interventions sur un plateau télé ou à la radio, toujours dans un cadrage de temps et de propos réducteurs par un animateur-interviewer souvent trop présent. Rien de tel, lors de cette conférence. L’animateur jouait son rôle sans pesanteur et avec humour. Sollers n’avait pas besoin d’être animé, il s’animait tout seul, prenant la parole quand bon lui semblait, et même cavalièrement. Consentement tacite de Fabrice Hadjadj qui acceptait, là, le jeu de la provocation du spectacle qui se jouait pour ancrer les mots. Sauf à la fin, où, acte d’autorité, Hadjadj ne s’est plus laissé retirer le micro des lèvres et chez lui, au milieu des siens, n’a pas laissé, non plus, le dernier mot à Sollers.
Impression que dans la décontraction, les acteurs nous ont fait passer un moment intelligent, loin du médiatique convenu, de la fausse actualité, des faux semblants, de la falsification (Ph. S) toujours à l’ ?uvre dans l’Histoire, afin de nous communiquer - en tant que spécialistes - le décryptage de leurs vérités essentielles et leur liberté, mous aidant par là à rechercher et vivre notre propre vérité et liberté.

« Le Verbe a dit : "Si vous connaissez la vérité, la vérité vous rendra libres." L’ignorance est esclavage, la connaissance est liberté. »
Evangile selon Philippe (Ecrits gnostiques, Pléiade, p.374)

« Il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps » celle des Illuminations de Rimbaud, à la fin d’Une saison en enfer.

...« Je suis Docteur in peccato, Docteur en péché ... " Je est un autre" » Ce sera le mot de la fin de Sollers.

Ma main n’a pas été assez réactive pour noter la citation finale de Fabrice Hadjadj, le podcast du site de la Revue Les Epées devrait bientôt y remédier afin que vous puissiez écouter l’intégrale, ou de longs extraits dans la langue originelle de leurs auteurs et avec la voix de leur chair.

Un soir, salle Pierre Nicole, à la Maison des Mines, à Paris.
à deux pas de la station Port-Royal
pour un débat intitulé
« Pour une mystique de la chair ? »

—oOo—

PDF - 1012.5 ko
Caro salutis est cardo

Le mot de la fin de Fabrice Hadjadj, emprunté à Tertullien, un père de l’Eglise : « Caro salutis est cardo - la chair est la charnière du salut »

Nota : C’est à Paul que remonte la théologie chrétienne du corps. Et d’abord dans un texte clé (I Co 6,12-20). Plus sur « Caro salutis est cardo » dans le document pdf joint.

—oOo—

(GIF)

Le Podcast de la conférence-débat

L’INTEGRALE EN 10 PARTIES

(GIF) 1. Introduction (5’01)
[mp3]
Pour démarrer l’écoute, cliquez deux fois sur la flèche verte

(GIF) 2. L’histoire falsifiée de part en part (8’42)
[mp3]

(GIF) 3. Le christianisme est une erreur... (14’39)
[mp3]

(GIF) 4. La résurrection, cette faribole effarante... (12’30)
[mp3]

(GIF) 5. La réponse de Hadjadj (11’52)
[mp3]

(GIF) 6. Bernin, Les aveux de St Augustin, l’Enfer (16’29)
[mp3]

(GIF) 7. La chair selon Hadjadj (12’37)
[mp3]

(GIF) 8. Sollers Doctor in peccato - Docteur en péché (9’53)
[mp3]

(GIF) 9. Le dernier mot à Fabrice (12’06)
[mp3]

(GIF) 10. Les questions (9’02)
[mp3]

Crédit : Revue Les Epées< organisatrice du débat.

—oOo—

(GIF)

*

VOIR AUSSI :

(GIF) Pour une mystique de la chair(II)

(GIF) Dionysos et le Ressuscité

*



À propos de leurs derniers livres respectifs :

(JPEG) Fabrice Hadjadj, La profondeur des sexes (Seuil, 2008) et Philippe Sollers Guerres secrètes (Carnets Nord, 2007).

Et si notre époque d’hypersexualisation était une époque de haine du sexe, de sa signification et de ses mystères ? « Comme à ses premiers siècles, le christianisme se retrouve alors aujourd’hui dans la situation singulière d’avoir à chanter la gloire du corps, la spiritualité de la chair, et à lui redonner sa dimension spirituelle. »

(GIF) La profondeur des sexes sur Amazon

—oOo—

(JPEG) Philippe Sollers y évoque - entre autres "guerres", une"guerre divine" - le « surgissement catholique appelé baroque. Quelques noms : Michel Ange, Bernin, Titien, avec comme une poussée physique où, comme par hasard, nous retrouvons beaucoup de corps de femmes, et la négation de tout esprit de séparation entre la chair et l’esprit. La vérité dans la chair et l’esprit, "dans une âme et un corps" ?, c’est cela qu’il nous faut comprendre avec la musique, comme guerre secrète, contre ce qui ne veut pas que cela puisse s’incarner ».

(GIF) Guerres secrètes sur Amazon

Crédit : Revue Les Epées

—oOo—

LE LIVRE DE FABRICE HADJADJ

Présentation de l’éditeur

Qu’est-ce que c’est que ces sexes que nous croyons si bien connaître ? Les uns s’inquiètent de leur longueur et les poussent à la performance ; les autres rappellent leur différence et en redoutent la confusion. Mais n’y a-t-il pas lieu, avant toute chose, et par-delà leur réduction biologique ou leur psychologique évanescence, de les considérer dans leur profondeur ? Et si des voies impénétrables s’ouvraient sous nos ceintures ? Si nos bas-ventres dissimulaient une ruse du Très-Haut ? Contre tout dualisme, c’est-à-dire aussi contre ce projet technicien qui ramène l’homme à un matériau, ce livre voudrait reconnaître l’esprit qui se donne à même la chair. Contre tout moralisme, c’est-à-dire aussi contre cet immoralisme qui ne cesse de faire sa leçon, il s’efforce de découvrir une "morale qui se moque de la morale ", sachant laisser sa place à la dramaturgie du désir. Son itinéraire à travers la littérature, la philosophie et les textes sacrés nous invite à plonger dans des profondeurs sexuelles successives - celles du corps, du couple, de l’enfant, de la Cité, enfin celle d’un possible Ciel, d’après la foi juive et chrétienne en la résurrection. L’Epouse du Cantique des Cantiques ne craint pas de dire à propos de l’Époux divin : Mon bien-aimé a passé la main par la fente, et pour lui mes entrailles ont frémi (Ct 5, 4).

Biographie de l’auteur
Fabrice Hadjadj est professeur agrégé de philosophie en faculté et au séminaire de Toulon. Il a publié des essais (dernier paru : Réussir sa mort, Presses de la Renaissance, 2005, grand prix catholique de littérature), et des pièces de théâtre (dernière mise en scène : Massacre des innocents, Les provinciales, 2006). Il collabore au Figaro littéraire et à Art Press.

(GIF)

[1] numéro spécial 3264 du 20 au 26 mars 2008.

[2] Ecrits gnostiques, Gallimard

Réagir à cet article

Commentaires

  • > Pour une mystique de la chair ?
    3 avril 2008, par D.

    Hilarant, en effet. On a peine à le croire...

    Plus sérieusement : je n’ai pas assisté à ce débat, mais je l’ai écouté en entier. Et au fond, je suis content de n’avoir fait que l’entendre. Vocalement, c’est passionnant. Il m’a semblé que Sollers n’était pas seulement en grande forme, ou très pugnace, ou très drôle, même si tout ça est vrai. Il se passe quelque chose. Il faudra que je réécoute.

  • > Pour une mystique de la chair ?
    3 avril 2008, par A.G.
    Si vous voulez rire un peu voici un bel exemple de délire névrotique christiano-stalinoïde !
  • Pugnace en effet !
    3 avril 2008, par Raymond Alcovère
    Très intéressant, merci Viktor ! J’ai noté en effet la pugnacité de Sollers, en particulier au début, une réflexion au passage sur Carla Bruni, dans des termes qui ne lui sont pas habituels, bien différents du ton et du contenu de ses chroniques du JDD, plus ironiques certes mais plus consensuelles.
  • > La mystique de la chair
    30 mars 2008, par V.K.

    On pourra aussi lire « Notre chair qui est aux cieux » , un article de Fabrice Hadjadj du 15/10/2007 sur Le Figaro.fr

    « L e Christ est ressuscité avec ses plaies » nous dit F. Hadjadj, point qu’il a souligné lors de son dialogue avec Sollers tandis que ce dernier insistait aussi sur la résurrection des corps « en l’état de son Esprit » - si l’on ose le mot - pour une même vie, sans la possibilité de changer quoi que ce soit, ...éternellement ! Comme « l’éternel Retour du Même » nietzschéen ! _ _ - J’aimerais bien pouvoir changer ça et ça... _ - Non ! Pas possible. Vous serez ce que vous avez été... Eternellement ! _ - Mais c’est infernal, cauchemardesque, kafkhaïen.. ! _ - Libre à vous que ce soit paradisiaque .. ! _ - Vous croyez à ce que vous dîtes ? _ - « J’en suis sûr ! » rétorquerait Sollers _ - ...Alors un ticket pour la résurrection des corps ? _ - Comme il faut mourir avant, je passe mon tour ... je vais y réfléchir ! _ L’immortalité de l’âme, c’est quand même plus cool, se disait-il. _ Débarassée de la pourriture de sa chair... _ _ Hadjadj : « L’Évangile seul a cette audace d’y reconnaître un Temple de l’esprit. On comprend que ce soit un scandale. _ Au fond, si on y réfléchit un peu, cette croyance en la résurrection a de quoi nous mettre en rage, nous faire trembler même. Les gnostiques le savaient bien : à dissocier la chair et l’esprit, les choses sont plus faciles. » _ _ Sur son ipod, la voix de Sollers, répétait en boucle la fin d’Une saison en Enfer _ « Il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps » _ Notez ce mot « loisible », loisir, ...j’aime, ajoutait Sollers. Il me sera loisible ...dans une âme et un corps !

  • > La mystique de la chair
    29 mars 2008, par V.K.

    Résurrection et « éternel Retour » ? L’éternel Retour du Même...

    _ Extrait de « Écoute de Nietzsche », leçon philosophique par Philippe Sollers : Enregistrement republié en mars 2008 :

    « En ce qui concerne l’éternel Retour, la question est celle du Temps lui-même. Dans Zarathoustra, les chapitres sur « Le portique » et « L’instant » traitent de la collision de l’avenir et de la révélation de ce « fameux » éternel Retour. Secret effroyable... D’autant plus extatique qu’il est effroyable, et que Nietzsche ne le confiait qu’à voix basse : c’est effrayant, parce que si c’est l’éternel Retour du Même, de la bêtise, du côté criminel ou sinistre de l’étant, comme le dit Heidegger, alors c’est aussi le retour de l’inintelligence et de la surdité. Ce que je peux dire de l’éternel Retour sera toujours aussi peu entendu que si je le redisais à nouveau, et même si j’ai déjà été là pour le dire... Ce moment qui a lui-même déjà existé (que je sois visible ou pas) pour dire que je me saisis dans l’instant, dans l’éternel Retour de quelque chose qui sera peut-être entendu un jour... le même... donc pas. »

    (GIF) sur amazon