Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » L’horreur et la pensée
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
L’horreur et la pensée

par Yannick Haenel

D 20 octobre 2020     A par Albert Gauvin - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Chaque jour, sur Charlie Hebdo, Yannick Haenel et François Boucq rendent compte du procès des attentats de janvier 2015.

34e jour. La décapitation d’un enseignant par un islamiste fait passer le procès au second plan.

Exclu Web


Dessin de Boucq.
ZOOM : cliquer sur l’image.
GIF


C’est très difficile d’écrire ce matin. Si j’assiste à ce procès, c’est parce que je crois que le mal ne doit pas être seulement dénoncé et combattu, mais pensé — c’est-à-dire expliqué. J’ai été professeur pendant plus de quinze ans en région parisienne, j’ai enseigné dans des collèges de banlieue où la violence sociale ne s’arrêtait jamais, et je sais combien s’efforcer chaque jour d’expliquer est fondamental. Expliquer n’est pas justifier, expliquer n’est pas provoquer.

La parole de la justice dont nous faisons l’expérience à ce procès ne suffit pas  ; aucune parole ne se suffit à elle-même, surtout pas celle de la répression. Penser la violence, penser le mal, penser le crime, penser la terreur politique, penser l’islamisme radical, penser les religions, penser la foi, penser le blasphème, aucune parole n’est de trop pour le faire : la pensée appelle la pensée, c’est-à-dire le dialogue. Penser, ça veut dire demander à quelqu’un ce qu’il pense. Les professeurs font ainsi avec leurs élèves. Penser avec les autres veut dire mettre en rapport des idées, les moduler, les nuancer, les faire avancer ou les faire reculer. Ça n’a jamais lieu tout seul : il faut, pour penser, plusieurs paroles. La mise en présence des paroles pour penser, c’est l’expérience à quoi nous prenons part ici, au Tribunal de Paris, depuis plus d’un mois  ; et c’est l’expérience à quoi prennent part tous les enseignants et tous les élèves chaque jour, à l’école.

Qu’on assassine un professeur parce qu’il essaie de penser avec ses élèves, qu’on le tue parce qu’il se tue à essayer d’expliquer, comme tous les enseignants, qu’on ne tue pas quelqu’un qui ne pense pas comme vous, c’est non seulement une abomination, mais c’est aussi un attentat contre l’école elle-même, contre l’idée même d’éducation, contre la pensée, contre le fait de se parler, contre le fait de demander à quelqu’un ce qu’il pense. C’est une tentative pour nier l’éducation. Car que font les professeurs, que faisait ce professeur d’histoire avant d’être mis à mort  ? Il expliquait ce que signifie être libre en France. Cela s’appelle l’éducation civique, et c’est la chose la plus importante qui soit dans les écoles, celle qui s’avère la plus nécessaire : la société française est en proie à une attaque incessante contre ses valeurs, c’est pourquoi expliquer ces valeurs est devenu si urgent, c’est pourquoi penser est plus que jamais décisif. Ce professeur d’histoire était si scrupuleux qu’il a pris la précaution, avant de montrer des caricatures de Mahomet, de prévenir ses élèves que cela pouvait éventuellement les déranger. Sa pensée était si scrupuleuse qu’elle allait jusqu’à se mettre à la place des possibles offensés, et qu’elle devançait l’éventuelle offense pour expliquer que selon la loi et la raison, et aussi selon le bon sens, il n’y a pas d’offense, aucune volonté d’offenser, et aucune raison de se sentir offensé. L’intelligence comprend cela. Mais en plus de l’intelligence, qui s’apprend, notamment à l’école, il y a, en France, un droit et une liberté : celle de penser, de s’exprimer, de rire et de croire. Droit et liberté de croire en la religion qu’on aime, qu’elle soit musulmane, juive ou catholique, ou autre  ; droit et liberté de ne croire en rien. Lorsque cet homme a pris soin de penser la possibilité de l’offense et a expliqué pourquoi il n’y avait pas offense, il a fait ce que font tous les enseignants : non pas imposer leur pensée, mais se mettre à la place de leurs élèves, et leur expliquer. Les enseignants, en France, vont-ils devoir arrêter d’expliquer  ? Vont-ils devoir se censurer, et donc se taire  ? L’école doit-elle s’arrêter  ? La France n’en finit plus de découvrir que le crime est par nature obscurantiste, et que l’obscurantisme ne cherche qu’à tuer la lumière et à nier l’esprit. Nous sommes tous des enseignants : nous expliquons, nous pensons, nous parlons avec les autres. Cela s’appelle vivre et être libre.

Une phrase de Nietzsche me revient, elle dit : « Un homme offensé est un homme qui ment ». Les tueurs qui se disent offensés par les caricatures de Mahomet mentent pour justifier leur volonté de tuer  ; ils mentent sur l’Islam, ils mentent sur Mahomet. Un homme qui aime sa religion, un homme qui chérit sa foi, que celle-ci soit musulmane, juive, catholique ou autre, n’est jamais offensé, surtout pas par l’humour. Un homme qui aime sa religion pense et parle avec les autres : il parle de ce qu’il aime, il parle de sa religion. Parlons de religion, pensons les religions. Continuons à enseigner, à comprendre, à expliquer, à écouter toutes les paroles.

Yannick Haenel, Charlie Hebdo, 17 octobre 2020.

JPEG - 56.3 ko
GIF
LE PROCÈS DES ATTENTATS
DE JANVIER 2015 AU JOUR LE JOUR
par Yannick Haenel et François Boucq
GIF

Dessin de Boucq.
ZOOM : cliquer sur l’image.
GIF

A SUIVRE SUR CHARLIE HEBDO

GIF

A l’issue du procès, un recueil spécial de 192 pages rassemblera leurs chroniques en textes et en dessins. Un hors-série exceptionnel de Charlie Hebdo qui paraîtra en décembre.
Ne manquez pas cet ouvrage historique et bénéficiez de l´offre de pré-commande (valable jusqu’au 30 octobre 2020)

GIF
GIF

Terrorisme : une histoire de la violence avec Gilles Kepel et Annette Becker

Les Matins de France Culture, 21 octobre 2020.

JPEG - 70.8 ko
Un homme tient une affiche sur laquelle on peut lire "Rien n’a changé depuis Charlie" pendant le rassemblement à Strasbourg le 18 octobre 2020, en hommage au professeur d’histoire Samuel Paty.
Crédits : FREDERICK FLORIN - AFP

Ce soir, dans la cour de la Sorbonne, Emmanuel Macron rendra un hommage national à Samuel Paty. L’enseignant assassiné vendredi dernier à Conflans-Sainte-Honorine à la suite d’une attaque terroriste sera honoré dans ce lieu symbolique de l’esprit des Lumières et de l’enseignement selon l’Elysée. Si le pays reste sous le choc face à l’horreur de l’attaque dont a été victime le professeur, le spectre d’une nouvelle forme de terrorisme continue d’inquiéter le gouvernement. Le rapport quant à la relation historique qui lie la violence au terrorisme perd de sa linéarité. Faisons-nous face à une nouvelle forme de terrorisme ? Qu’est-ce qui explique la recrudescence de l’utilisation de l’arme blanche lors des dernières attaques terroristes ? Comment prévoir un passage à l’acte de plus en plus difficile à anticiper ?

Pour en parler ce matin, Guillaume Erner est en compagnie de Gilles Kepel, directeur de la chaire Moyen-Orient-Méditerranée à l’Ecole normale supérieure et professeur à Sciences Po, auteur de “Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient” (Gallimard, 2018). Il sera rejoint à partir de 8h20 par Annette Becker, historienne, professeure à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des génocides, auteure notamment de Messagers du désastre. Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides (Fayard)

GIF

LIRE : Gilles Kepel : « La loi contre le séparatisme doit traiter les causes et non les seules conséquences » PDF

Gilles Kepel est également l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique le 22 octobre.

GIF

VOIR AUSSI : C politique, avec Caroline Fourest et Bernard Rougier

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)