Scoop : Giacomo Casanova bouge encore
Les manuscrits en Pléiade, et en ligne sur Gallica


Effervescence autour des manuscrits de L’Histoire de ma vie dont l’acquisition a été finalisée par la BnF en février 2010.

A preuve :
- L’émission spéciale (à voir) que vient de lui consacrer Jean-Pierre Elkabach dans « Bibliothèque Médicis » sur la chaîne Public Sénat, le jeudi 11 mars 2010. Bruno Racine, président de la BnF et Antoine Gallimard s’engagent en direct sur la publication de l’intégrale de ces manuscrits en Pléïade.

- La mise en ligne sur Gallica des deux premiers chapitres des manuscrits. Bravo à la BnF qui, immédiatement après l’acquisition des précieux documents, s’est lancée dans leur numérisation.

(GIF) Bibliothèque Médicis : Casanova

Scoop en direct : L’intégrale de l’« Histoire de ma vie » en Pléiade

Giacomo Casanova est à Paris, de retour à Paris, cette fois définitivement. Il a fallu attendre plus de 220 ans.

Des salons d’aristos aux bas-fonds, des couvents aux alcôves, des cercles d’érudits aux tables de jeux ou aux bordels, G. Casanova a-t-il déjà repris quelques unes de ses gambades nocturnes, auxquelles il était habitué ?... [1]

Oui, d’une certaine façon : Bruno Racine et Antoine Gallimard s’engagent, en direct, à publier en Pléiade, la version intégrale des manuscrits de Casanova acquis récemment par la BnF. C’est ce que l’on entend dans l’émission « Bibliothèque Médicis » de la chaîne Public Sénat diffusée le 12 mars 2010. Chacun pourra ainsi le lire pendant une nuit blanche, mais le jour lui sied aussi. Plus sérieusement, « une nouvelle exégèse de l’Histoire de ma vie. » va ainsi être rendue possible déclare le Magazine littéraire qui poursuit ;

« L’histoire du manuscrit est aussi romanesque que la vie de son auteur. Casanova finit ses jours en Bohême et laissa à sa disparition, en 1798, 3700 feuillets rédigés en français, qui furent publiés en 1821 par un éditeur allemand, Brockhaus. Mais ce dernier propose une version censurée et épurée : le Casanova libertin, financier, diplomate, joueur et escroc aurait été jugé trop immoral pour l’époque. La première édition française vit le jour en 1838, mais cette version fut également retouchée. L’édition réalisée par Jean Laforgue fait de Casanova un partisan de la Révolution française, lui qui y était plutôt hostile. Sauvé des bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale, le manuscrit était resté dans un coffre en Allemagne. Il a été acquis récemment par la BnF. Ce chef-d’oeuvre est un "témoignage émouvant sur le Siècle des lumières et une fresque vivante et haute en couleur" des aventures du génial mémorialiste, a confié Bruno Racine, président de la BnF. » [2]

(PNG)

L’émission « Bibliothèque Médicis » de Public Sénat : (60’)
(juste après la fin de l’émission précédente, sans rapport)

Les intervenants :

Bruno RACINE, Président de la BNF

Antoine GALLIMARD, Président des éditions Gallimard

Philippe SOLLERS, auteur de Casanova l’Admirable et admirateur du XVIIIè siècle.

Pierre LEROY, collectionneur

Lydia FLEM, psychanalyste, elle a publié au Seuil « Casanova ou l’exercice du bonheur »

Sur votre écran TV, rediffusion le :
samedi 13/03/2010 à 21h00
le dimanche 14 à 17h
et le mardi 16 à 14h. (sur Public Sénat)

Les deux premiers chapitres sur Gallica

(JPEG)

Voir sur Gallica, ici

Vidéo BnF sur l’acquisition des manuscrits

(GIF) Bruno Racine raconte...



(GIF) Autour de Casanova et des manuscrits

Voir aussi sur pileface :

Casanova l’admirable

Le triomphe de Jacques Casanova
Partie fine à la BnF et Les nonnes de Murano

Sur le site de la BnF :

Les manuscrits de Casanova

Autres :

La rocambolesque aventure des manuscrits(GIF) (Le Figaro 20/02/10)

[1] Crédit : http://www.publicsenat.fr/

[2] Crédit : http://www.magazine-litteraire.com/

Réagir à cet article

Commentaires

  • > Scoop : Giacomo Casanova bouge encore
    29 mai 2012, par Charles

    Une question me démange : Pourrons-nous un jour avoir la chance de lire les quatre premiers chapitres du volume 8 dans leur authenticité ?

    Ces chapitres originaux honteusement égarés par le sinistre Laforgue qui non content d’avoir massacré un tel chef-d’ ?uvre se permet en plus d’en perdre une partie (le larcin me paraît d’ailleurs plus crédible)...

    Je suis scandalisé quand je pense à cet homme qui n’aurait pas dû avoir le précieux manuscrit entre ses mains.

    Casanova aurait-il ri ou pleuré du destin de ses mémoires ?

  • > Scoop : Giacomo Casanova bouge encore
    1er avril 2012, par V.K.

    La BnF avait mis en ligne, sur Gallica, les Mémoires de Casanova, en format PDF « images ». Jean-Michel MALFAILLE de Lyon nous signale, pour les lecteurs de pileface, être allé plus loin, en transformant les pdf « images » en fichiers pdf "textes", et aussi en fichiers epub et mobi, lisibles sur smartphones et tablettes numériques.

    Bravo, c’est ici : _ http://www.jy2m.com/Livre-et/livret/casanova.php