vous etes ici : Accueil » NOTES » L’historique Librairie française de Venise remplacée par un (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

L’historique Librairie française de Venise remplacée par un restaurant

D 4 février 2017     C 3 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Par Arthur Dubois
Le Figaro/Livres, le 31/01/2017

Un des deux derniers bastions de la culture française dans la cité des Doges va disparaître. Domnique Pinchi, son propriétaire n’arrive plus à maintenir à flot son établissement ouvert depuis 1977.

Bientôt les rayons de livres laisseront la place aux couverts. La Librairie française de Venise de Dominique Pinchi doit faire ses adieux à la cité des Doges. Pour être remplacé par un... restaurant. Depuis son ouverture en 1977, on pouvait y acquérir des classiques de la littérature française mais tous types d’ouvrages sur la Sérénissime, à deux pas de la basilique San Zanipolo.

Ce n’est pas faute d’avoir redoublé d’efforts pour que le petit magasin reste ouvert. Dominique Pinchi a lancé maintes appels à l’aide à la mairie de Venise. Elle est restée indifférente à ses demandes. Pourtant, en 40 ans d’existence le discret établissement a attiré de nombreuses personnalités. Artistes, politiques, beaucoup ont franchi sa porte.

François Mitterrand était un habitué et avait lui-même conseillé au propriétaire de s’inscrire au label de la Librairie française à l’étranger. Dominique Pinchi a bien tenté de s’associer avec les institutions de la ville, musée ou bibliothèque universitaire. En vain. Plus aucun recours n’était possible pour l’homme et sa compagne qui tentent de surmonter des problèmes financiers depuis l’année 2012.

Cette librairie était pourtant le fruit d’une belle histoire. Dominique Pinchi était étudiant en arts plastiques à Metz dans sa jeunesse. Il ne parle pas l’italien, mais il fait une rencontre providentielle, Ornella, sa future épouse. En 1977, le couple tente le pari fou d’ouvrir une librairie à Venise. La vente de livres n’est alors qu’une de leurs activités. Ils accueillent aussi les touristes et leur servent de guides littéraires à travers la cité vénitienne.

Cette librairie était également un moyen pour Dominique Pinchi, passionné par la Renaissance, de se documenter et d’écrire. Il a d’ailleurs consacré plusieurs textes érudits sur la peinture du XVe à la fin du XVIe siècle. Ouvrages qu’il était possible de découvrir dans les musées alentour.

Hélas, le propriétaire a dû rendre les armes, laissant désormais l’un de ses concurrents, la librairie L’Acqua Alta de Luigi Frizzo, comme seul bastion de la littérature française à Venise.

Arthur Dubois

Crédit : Le Figaro/Livres


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


3 Messages

  • Viktor Kirtov | 7 février 2017 - 11:44 1

    Merci Myriam pour cette précision. Ainsi la la librairie STUDIUM, au niveau de la place Saint-Marc, continue à défendre la langue française. Casanova va aussi s’en réjouir. Lui, qui a écrit "Histoire de ma vie" en français (notons que les manuscrits sont maintenant à la BNF et qu’ils peuvent être consultés sur Gallica. VOIR ICI.)


  • myriam | 5 février 2017 - 11:13 2

    Mais ce n’est pas tout à fait exact, il y a la librairie STUDIUM au niveau de la place Saint-Marc à Venise qui offre une très belle collection de livres en français sur le thème de Venise bien évidemment, et qui est très agréable, et qui a l’air de se porter bien.
    Je pense qu’une autre librairie ouvrira forcément car il y a des passionnés de tous temps !
    Bien à vous


  • A.G. | 4 février 2017 - 12:01 3

    La dernière fois que je suis allé à la Librairie française de Dominique Pinchi, ce fut, en juin 2016, pour m’y procurer La Dogana de Pleynet illustré par Pierre Nivollet. Il ne restera bientôt plus à Venise que l’Acqua Alta, ce fourre-tout avec ses chats... Voir ici et .