vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Sollers d’Une curieuse solitude à Tel Quel et à Paradis
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Sollers d’Une curieuse solitude à Tel Quel et à Paradis

Interviews télévisées de l’ORTF à FR3 (1958-1981)

D 18 avril 2019     A par Albert Gauvin - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook




Philippe Sollers chez lui en 1966. Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Le lundi 15 avril, la rtbf a programmé, en collaboration avec la Sonuma, un document rare : un portrait de Philippe Sollers réalisé par Jean Antoine pour l’émission « La rage d’écrire ». Ce portrait a été diffusé la première fois par l’ORTF le 14 février 1966. Sollers avait alors publié Une curieuse solitude, Le parc, L’intermédiaire et Drame et était directeur de la jeune revue Tel Quel. L’émission est constituée de plusieurs entretiens réalisés à Cerisy-la-Salle (peut-être en marge du colloque sur le roman dirigé par Michel Foucault dont rendra compte le numéro 17 de Tel Quel, printemps 1964) et à Paris (au Pré aux clercs, dans le studio de Sollers et dans le bureau des éditions du Seuil, rue Jacob). Interviennent également Jean-Louis Baudry, Jean Thibaudeau, Marcelin Pleynet et Jean-Pierre Faye. Comme on peut le lire sur le site de la rtbf, « cette émission nous offre l’occasion d’entrer dans un de ces laboratoires où "se fait la littérature de demain" et de constater, peut-être, que tout cela est moins mystérieux qu’il n’y paraît. Sollers, en tout cas, vous exposera clairement et simplement ses conceptions littéraires et les ambitions du petit groupe dont il fait partie. » Clarté, précision et concision, c’est en effet ce qui frappe en découvrant cette vidéo. Sollers n’a pas trente ans.

Portrait inédit de Philippe Sollers

ORTF. La rage d’écrire, 14 février 1966.

*

JALONS POUR UN ITINÉRAIRE

De Philippe Sollers, jeune écrivain, à l’aventure de Tel Quel, d’Une curieuse solitude à Paradis, voici quelques traces des interventions de Sollers, de l’ORTF à France Région Aquitaine, pendant un peu plus de deux décennies.

Philippe Sollers à propos de son premier roman Une curieuse solitude

ORTF. Lectures pour tous, 12 novembre 1958.
Interview de Philippe Sollers (22 ans) par Pierre Dumayet à l’occasion de la publication de son premier roman Une curieuse solitude. Proust l’a beaucoup influencé. Il résume la morale de son histoire.

*

Sollers obtient le Prix Médicis pour Le Parc

ORTF. JT 20H, 27 novembre 1961.
Remise du prix Médicis 1961 à Philippe Sollers. Le jeune lauréat se réjouit de cette récompense. Il commente son livre Le Parc.

*

Des membres du groupe Tel Quel s’expriment

ORTF. Page des lettres, 6 avril 1963.
Dans la cour des Editions du Seuil, rue Jacob, des membres du groupe Tel Quel évoquent leur situation littéraire, leurs projets et leurs intentions ; les écrivains qu’ils haissent, et ceux qu’ils admirent : Ponge, Paulhan, Bataille et Alain Robbe-Grillet. Portrait de famille des membres dans la cour : Michel Maxence, Jean Ricardou, Jean Louis Baudry, Jean Thibaudeau, Marcelin Pleynet et Philippe Sollers.

*

Philippe Sollers sur Antonin Artaud

ORTF. Lire, 13 mai 1966.
Philippe Sollers propose sa vision d’Antonin Artaud, poète, romancier, acteur, théoricien du théâtre, 1896-1948. Le récit privilégie quelques aspects de la vie l’artiste : ses rôles au cinéma (Marat dans le Napoléon d’Abel Gance), sa tentative de transformation des arts, l’influence du théâtre balinais, son voyage chez les Tarahumaras au Mexique, ses neuf ans d’internement en hôpital psychiatre. Sollers met en évidence le malentendu entre Artaud et ses contemporains quand ils choisissent « l’infime dedans, contre l’infini dehors ». Conclusion : « Artaud n’est pas un poète maudit, un égaré, un révolté, c’est un révolutionnaire... la merde pour Artaud, c’est le synonyme de l’être. » Textes dits par Med Hondo.

*

Philippe Sollers à propos de Tel Quel, ses objectifs et les milieux littéraires

ORTF. Lire, 31 mars 1968.
Philippe Sollers, l’un des fondateurs de la revue Tel Quel, évoque les objectifs de la revue et entre autres donne son point de vue (décapant) sur la société des milieux littéraires : "Un certain type de pourriture particulièrement concentrée se trouve résiduellement accumulée dans ce qu’on appelle les milieux littéraires ; c’est vraiment là où la sordidité à l’état pur peut apparaître dans une société...."

*

Enquête sur la revue Tel Quel

ORTF. Le Fond et la forme, 19 mars 1970.
Pierre de Boisdeffre reçoit Philippe Sollers et Marcelin Pleynet sur le thème de la revue Tel Quel à l’occasion des dix ans d’existence de cette dernière. Philippe Sollers retrace l’histoire des 10 ans d’un travail collectif avec en illustration un extrait d’une déclaration d’Antonin Artaud sur les asiles d’aliénés. Alain Bosquet interroge les deux écrivains sur littérature et communisme. Après la lecture d’un extrait de Pleynet Incantation dite au bandeau d’or, Bosquet les interroge sur la difficulté de leurs textes et le manque d’accessibilité de leur littérature.

*

Sur le matérialisme

1974. Invité de Bernard Pivot, Sollers présente Sur le matérialisme et lit un poème de Mao. Dans l’assistance : Pierre Mendès-France et Bernard Clavel.

*

Philippe Sollers sur Mai 68

Fenêtre sur, Jacques Paugam, 14 mai 1976.

*

Philippe Sollers : à propos de "Paradis" et quelques autres choses

France Région Bordeaux, Terroir, 2 avril 1981.

Au théâtre, Philippe Sollers fait une lecture publique de son livre Paradis. Dans une interview, il s’explique sur son dernier ouvrage, sur sa conception de l’écriture, la création artistique et son propre itinéraire politique. Extrait de cette lecture publique de Paradis.

Plus de vidéos sur le site de l’INA
Le site de la Sonuma

*

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)