vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Photo inédite d’un trou noir !
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Photo inédite d’un trou noir !

D 10 avril 2019     A par Albert Gauvin - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


[...] Ce qui est très connu est mal connu, ce qui n’est pas connu devrait l’être.
Parle-moi encore des ensembles, de l’infini, des trous noirs.

La Fête à Venise (Gallimard, 1992, p. 58)

GIF
GIF

"C’est la preuve définitive de leur existence" :
pourquoi la photo inédite d’un trou noir constitue un exploit

Fin du suspense. Des scientifiques regroupés dans un projet mondial ont dévoilé la première image d’un trou noir. Celle-ci a été obtenue grâce à l’identification de la lumière dégagée par la matière quand elle est absorbée par l’objet céleste.

JPEG - 10.5 ko
Voici la première image d’un trou noir jamais présentée.
Elle a été réalisée dans le cadre du projet international
EHT et dévoilée mercredi 10 avril 2019.
(EHT COLLABORATION)
GIF

"Enfin ! Finies, les simulations. Vous découvrez maintenant pour la toute première fois un véritable trou noir." Le chercheur allemand Heino Falcke peinait à cacher son enthousiasme, en dévoilant une grande première dans l’histoire de l’astronomie. Réunis sous le projet Event Horizon Telescope, des astronomes du monde entier ont présenté le résultat d’une observation croisée visant à capturer l’image d’un trou noir, mercredi 10 avril, lors d’une conférence de presse donnée simultanément dans six villes.

La présentation de cette image est le fruit d’une incroyable prouesse technique et scientifique. Selon la loi de la relativité générale établie en 1915 par Albert Einstein, qui permet d’expliquer leur fonctionnement, l’attraction gravitationnelle de ces "monstres" est telle que rien ne peut s’en échapper, ni la matière, ni la lumière, quelle que soit la longueur d’onde. On ne peut donc pas directement les observer et les trous noirs sont, par définition, invisibles. Pour contourner cette difficulté, ces équipes internationales ont cherché à observer l’objet céleste par contraste, à partir de son environnement immédiat.

"Un jet de matière déformé par les effets de la relativité générale"

Par chance, la matière émet en effet une lumière quand elle est absorbée par le monstre. "Le trou noir correspond à la région centrale sombre, décrypte pour franceinfo Frédéric Vincent, chercheur au CNRS et à l’Observatoire de Paris. Ce que l’on voit tout autour, c’est la base du jet de matière qui est extrêmement déformé par les effets de la relativité générale. Ce jet est composé de matière, d’électrons et de protons chauffés à très haute température." Ces jets sont provoqués par l’énergie de rotation dans l’environnement immédiat du trou noir, quand celui-ci commence à absorber de la masse. "Le projet EHT donne une image des flots d’accrétion et d’éjection des gaz. C’est une observation directe de ce qui se passe à portée immédiate du trou noir."

En avril 2017, les scientifiques du projet ont ciblé simultanément deux trous noirs avec huit télescopes répartis à travers le monde, lesquels ont permis de constituer virtuellement un super-télescope d’environ 10 000 kilomètres de diamètre. Le premier trou noir, Sagittarius A*, est blotti au centre de la Voie lactée, à 26 000 années-lumière de la Terre. Sa masse est équivalente à 4,1 millions de fois celle du Soleil et son rayon équivaut à un dixième de la distance entre la Terre et le Soleil. L’autre, M87*, est 1 500 fois plus massif que Sagittarius A*. Il est situé à 50 millions d’années-lumière de la Terre, au cœur de la galaxie M87. C’est son image qui a été présentée lors de la conférence de presse historique.

GIF

Un trou noir est un objet céleste qui possède une masse extrêmement importante dans un volume très petit. C’est un peu comme si la Terre était comprimée dans un dé à coudre, ou comme si le soleil ne faisait plus que 6 km de diamètre, expliquait récemment à l’AFP Guy Perrin, astronome à l’Observatoire de Paris-PSL. Dans les deux cas, il s’agit de trous noirs dits "supermassifs", dont la formation reste à ce jour un mystère. Ceux-ci ont commencé à se former très tôt dans l’univers, avec les galaxies, et ils grossissent donc depuis quelque 10 milliards d’années. Il existe un autre type de trous noirs, dits "stellaires", qui se forment à la fin du cycle de vie d’une étoile. Mais ceux-ci sont bien trop petits pour être observés.

Comme observer "un pamplemousse sur la Lune depuis la Terre"

Le projet EHT est une incroyable machine de précision, puisqu’il est capable de capter les ondes millimétriques émises par l’environnement du trou noir. "L’horizon des événements [à savoir la limite de non-retour de la matière avant absorption par le trou noir] est de l’ordre d’une dizaine de microsecondes d’angle, précise Frédéric Vincent. Pour vous donner une idée, c’est à peu près la taille d’un pamplemousse placé sur la Lune observé depuis la Terre". A terme, l’un des objectifs d’EHT sera certainement de proposer une image de Sagittarius A*. Bien moins massif que M87*, il est également bien plus proche – au cœur de la Voie lactée – et la distance angulaire depuis la Terre est donc sensiblement la même.

Les astronomes cherchent depuis des années à identifier le pourtour de ces "monstres" grâce aux phénomènes se déroulant en limite. Ils ont d’abord observé des ondes gravitationnelles, en 2015. Puis à l’été 2018, un autre projet nommé Gravity – auquel participe Frédéric Vincent et plusieurs laboratoires français – était parvenu à observer du gaz tourbillonnant à très grande proximité de Sagittarius A*. "Nous avons effectué plusieurs points de mesure sur la dernière orbite du gaz sur le point d’être définitivement englouti : à chaque fois, un flash de lumière a été émis et le bord du trou noir est devenu aussi brillant que l’étoile S2", résumait le chercheur Thibaut Paumard dans Sciences et Avenir.

GIF

"La preuve définitive de l’existence des trous noirs"

"Une photo, c’est la preuve définitive de l’existence des trous noirs", s’enthousiasme pour sa part Jean-Pierre Luminet, astrophysicien au CNRS français. Le Français l’avoue lui-même, il n’aurait jamais cru voir une image de son vivant. En 1979, il avait été l’auteur de la première simulation numérique d’un trou noir, après avoir réalisé des calculs informatiques théoriques ensuite dessinés à la main. Dans son sillage, de nombreux autres chercheurs avaient ensuite cherché à proposer des modélisations, comme le rappelle cet article paru sur un blog de la revue Nature (en anglais).

JPEG - 34.4 ko
Le Français Jean-Pierre Luminet avait réalisé la première modélisation théorique d’un trou noir en 1979, après avoir dessiné à la main les résultats de calculs informatiques. (JEAN-PIERRE LUMINET)
GIF

Au passage, cette nouvelle observation valide encore et toujours la théorie de la relativité d’Einstein. "Quand on se spécialise, on espère un jour trouver des limites à cette théorie, commente Frédéric Vincent. Mais on a beau pousser les recherches à des degrés fantastiques, avec des exploits technologiques, rien n’y fait. Tout est toujours en parfait accord avec ce qu’avait prévu Albert Einstein".

france tv info, 10 avril 2019


Reprenons La Fête à Venise...


— Principe d’une fête : on invite qui on veut. La fête est sans pourquoi. Ce qui est très connu est mal connu, ce qui n’est pas connu devrait l’être. Parle-moi encore des ensembles, de l’infini, des trous noirs.
– D’abord, en physique, le zéro et l’infini ne correspondent à aucun objet mesurable. Tu as ensuite deux horizons qui marquent leur inaccessibilité : l’horizon cosmologique de la relativité dû à l’impossibilité de transmettre des signaux plus vite que la lumière...
– Éteins la lumière.
– ... et l’horizon quantique dû au principe d’incertitude qui interdit le zéro comme résultat d’une mesure physique. Bon, maintenant, trou noir : corps condensé dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute matière et tout rayonnement de s’échapper.
Je l’écoute, je pense vite à autre chose, des nappes de souvenirs me viennent, je la fais parler pour mieux la regarder dans le noir. Il fait chaud. Elle était assise en face de moi dans la bibliothèque, elle vient de se lever pour éteindre le lustre, il est onze heures, on vient de rentrer de notre promenade du soir, la lune entre de biais par l’une des portes-fenêtres, un dernier verre avant de dormir, une dernière petite conférence. Tableau : « écrivain aux activités problématiques écoutant jeune femme physicienne, sous la lune, l’été, à Venise ». Ou encore : « la leçon de cosmologie ». La définition d’une singularité ? Point dans l’espace-temps où la courbure de l’espace-temps devient infinie. Bien sûr. L’espace-temps ? Espace à quatre dimensions dont les points sont des événements. Évident. Nous sommes point par point un événement singulier ? Rien ne s’oppose, n’est-ce pas, à ce que je ressente les choses ainsi en ce moment même ? En caressant ses cheveux, ses épaules, ses bras frais ? En lui fermant de temps en temps les lèvres (petite bouche),en suçant sa langue mobile qui vient de parler ? Au fait, un trou noir est-il un corps condensé ou une région de l’espace-temps ? Les deux ? Forcément. Y a-t-il eu de grandes physiciennes récentes ? Mais oui, Jocelyn Bell, par exemple, de Cambridge, l’affaire des pulsars, en1967. Et Chien-Shiung Wu, en 1956, encore une Américaine, qui a montré que l’interaction faible n’obéit pas à la symétrie P. (qui veut que les lois soient les mêmes pour toute situation et son image dans le miroir). Oh, ceci m’intéresse.

La Fête à Venise (Gallimard, 1992, p. 58-59)

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)