vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Empreintes - Claude Lanzmann • 2009 • Documentaire (...)
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Empreintes - Claude Lanzmann • 2009 • Documentaire hommage

« Il n’y a que la vie », Collection Empreintes, France 5

D 7 juillet 2018     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


France 3 et France 5 ont modifié leur programmation ce week-end, pour rendre hommage à Claude Lanzmann :

France 5 - Samedi 7 juillet à 16h45
Claude Lanzmann, « il n’y a que la vie » (l’exceptionnel documentaire de la collection Empreintes (2009) qui lui était consacré)
GIF

France 3 - Dimanche 8 juillet à 22h25
Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures (film documentaire)

GIF

« Il n’y a que la vie »
Il n’y a que la vie, collection Empreintes – Documentaire 52 minutes

GIF

Jamais le mot « empreinte » ne fut mieux justifié que pour nommer la marque profonde laissée dans les esprits par un film qui est à la fois une oeuvre et une expérience de vie. Il y a un avant et un après « Shoah », à la fois du point de vue de la connaissance de son objet historique (l’extermination des juifs d’Europe) que de la pratique artistique qui lui est confrontée (le cinéma). Philosophe avant d’être cinéaste, Claude Lanzmann n’est pas né avec « Shoah ». Il a partagé les combats de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, en particulier ceux contre le colonialisme. Le film donne à comprendre la diversité et l’unité du parcours d’un homme à la fois témoin et acteur, cinéaste et écrivain, qui est peut-être d’abord un exemplaire combattant de la vérité comme de la vie. Des évocations de son adolescence à Clermont-Ferrand, une master-class à Berlin, des extraits de ses films, dessinent son oeuvre et son parcours avec gravité et humour.
Un film de Laure Adler et Sylvain Roumette
Une production Effervescence diffusée sur France5.

GIF

« Sobibor… »

Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures : lieu, heure, jour, mois et année de la seule révolte réussie d’un camp d’extermination nazie en Pologne. 365 prisonniers parvinrent à s’évader, mais seuls 47 d’entre eux survécurent aux atrocités de la guerre. Claude Lanzmann a rencontré Yehuda Lerner pendant le tournage de Shoah, à Jérusalem en 1979. Dans ce documentaire, ce dernier s’est confié au réalisateur.
Film documentaire de 1h35 minutes , réalisé par Claude Lanzmann avec Yehuda Lerner. Produit par Why Not Productions/France 2 Cinéma/ Le Films Aleph.

GIF
GIF
oOo

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • Viktor Kirtov | 12 juillet 2018 - 16:33 1

    AFP, 12/07/2018

    Un hommage national est rendu jeudi 12 juillet, à l’hôtel des Invalides à Paris, au philosophe, écrivain, journaliste et réalisateur français Claude Lanzmann, mort le 5 juillet dernier, à l’âge de 92 ans.

    Eloge funèbre par le philosophe Bernard-Henri Lévy, suivi d’un discours d’hommage au nom de la Nation par le Premier ministre, Edouard Philippe


    ZOOM... : Cliquez l’image.
    GIF

    L’éloge de Bernard Henri Lévy

    Le philosophe Bernard-Henri Lévy a ouvert jeudi à Paris l’hommage national à Claude Lanzmann, le réalisateur de "Shoah" décédé à92ans, saluant l’"intellectuel engagé et querelleur", le "poète" et le "héros".

    "Lanzmann, comme Orphée, était un poète. Il était un poète sauvage dont les vers étaient des voies ferrées, des herbes folles, des forêts de bouleaux, des silences, des noms", a salué BHL dans son éloge funèbre prononcé dans la cour d’honneur de l’hôtel militaire des Invalides à Paris.

    Visiblement ému, il l’a comparé à "Orphée" "qui a fait le voyage en enfer" et "a pris le risque extrême d’aller, sans se retourner, et non pas une, ni deux, mais maintes fois, chercher son Eurydice aux visages innombrables mais effacés", l’Euridyce "que lui était, par-delà les morts, le peuple juif ressuscité".

    "Chez ce Lanzmann orphique", "qui n’avait pas craint, naguère (...) de défendre sa patrie les armes à la main, il y avait vraiment l’idée que la force peut être juste et que le peuple juif se doit, lui aussi, d’être fort", a-t-il poursuivi.

    "Avant le poète, il y eut, encore une fois le héros. Avant le grand intellectuel engagé et querelleur, il y a eu le jeune maquisard, bouillant d’intrépidité et de vie, frère d’armes des meilleurs de la France Libre", a salué l’intellectuel.

    "C’est tout cela qui fait que Claude Lanzmann méritait que sa dépouille, avant d’aller rejoindre, au cimetière du Montparnasse, non loin de celle de Sartre et de Simone de Beauvoir (qui fut sa compagne, ndlr) le caveau où l’attendent Paulette, sa mère, Evelyne, sa soeur, Monny de Boully, et Felix, son infortuné petit garçon, repose, quelques moments, dans cette cour carrée des Invalides", a-t-il estimé.

    "Merci à ce juste qui a brisé l’enchainement des morts et libéré tant de paroles", "la France lui devait cela", a-t-il conclu.

    12/07/2018 Paris (AFP)-