Vente Pierre Leroy chez Sotheby’s (27 juin 2007)


" Les collectionneurs sont des gens étranges, des maniaques de la mémoire concrète, des spécialistes de l’ombre. Voyez Pierre Leroy ! Il n’a l’air de rien, il parle peu, il connaît les vraies affaires mieux que personne, mais il reste constamment en attente, en alerte, à la limite de l’effacement. Et puis, tout à coup, poker : une vente chez Sotheby’s et, là, des merveilles " (Ph. Sollers, JDD, 24 juin)


-  Moment historique et spectaculaire : la vente de l’exemplaire des  Fleurs du mal dédicacé à Eugène Delacroix à un prix record de 510000 ? (sans les frais) - voir la note de V.K. qui suit Le journal du mois de Ph. Sollers :

(JPEG)
Le moment où a été vendu l’exemplaire des Fleurs du mal



-  la photo que Baudelaire a dédicacée en 1864 à son éditeur Poulet-Malassis :

(JPEG)
Baudelaire par Charles Neyt (1864)



-  la statue d’ancêtre Moaï papa que Pierre Loti avait ramenée de Polynésie et qu’André Breton - qui, en 1924, dans Refus d’inhumer, traitait Loti d’"idiot" - a gardée jusqu’à la fin de sa vie (130000 ?) et le médaillon de Raymond Roussel qui a appartenu à Camille Flammarion, Georges Bataille et enfin Dora Maar (26000 ?) :

(JPEG)
Statue polynésienne

(JPEG)
Médaillon



-  l’exemplaire du Père de famille de Diderot qui a appartenu au père de... Mozart :

(JPEG)
Le père de famille



-  la photo de Rimbaud à Aden (75000 ?, préemptée par le musée Rimbaud de Charleville [1]) à laquelle Philippe Sollers a consacré un texte : Le fusil de Rimbaud et que l’on trouve dans le beau livre de Jean-Jacques Lefrère Face à Rimbaud (Edit. Phébus, 2006) :

(JPEG)
Vers 1880 ?

Cette photographie, seul portrait connu de Rimbaud à Aden, est datée de la manière la plus vague par cette légende manuscrite : " Environs d’Aden. Avant le déjeunet à Scheick Otman ". En 1998, Arnaud Delas, directeur d’une galerie parisienne spécialisée dans les clichés anciens, rendit publique sa découverte de ce document trouvé dans un lot de photographies des années 1880 représentant différents sites d’Aden et de la région. On sait aujourd’hui que cet ensemble avait été constitué par César Tian, négociant français d’Aden, dont Rimbaud fut le collaborateur pendant les dernières années de sa vie.
Scheick-Otman était un village de quelques centaines d’habitants, situé à une dizaine de kilomètres au nord d’Aden, entre Aden-Camp et la petite cité de Lahedj. L’endroit était une oasis de fraîcheur exceptionnelle dans cette région particulièrement aride.
Pour ce portrait de groupe, six individus, tenant chacun un fusil, ont posé sur deux rangs devant la maison de maître Hassan Ali, notable adéni très fortuné. Aucun nom n’est inscrit sur le document, mais il s’agit visiblement, d’après le commentaire manuscrit, de Français de la colonie anglaise d’Aden, qui étaient fort peu nombreux. Rimbaud est le seul nu-tête. On retrouvera ce visage émacié de tête brûlé, avec la même expression dure et fermée, sur les autoportraits photographiques que Rimbaud prendra au Harrar en 1883.
Il s’agit là, avec la photographie scolaire de l’institution Rollat et Coin de table de Fantin-Latour, du troisième et dernier portrait de groupe où figure Rimbaud. Dans chaque cas, celui-ci semble d’ailleurs étranger au groupe : étranger aux autres élèves, étranger aux poètes, étrangers à ses compatriotes d’Aden. (Commentaire de Jean-Jacques Lefrère, Face à Rimbaud)


-  et bien d’autres choses encore : exemplaires rares, manuscrits ou lettres de Baudelaire, de Proust, de Jacques Rivière, de Rousseau, de Segalen, etc, etc... 99 pièces mises en vente.

Pour près de 5 millions d’euros....

A noter que Pierre Leroy avait annoncé le mardi 26 juin qu’il retirait de la vente et faisait don à l’Etat du manuscrit signé Lamartine portant abolition de la peine de mort en matière politique, qui devait être également mis aux enchères.
Ce document, premier décret pris par le Gouvernement provisoire de 1848, écrit de la main de Lamartine et signé de lui et de tous les autres membres du gouvernement, était estimé entre 60.000 et 80.000 euros.

Pierre Leroy est par ailleurs le plus grand collectionneur au monde de documents relatifs au Marquis de Sade. Il a déclaré vouloir en acquérir de nouveaux.



[1] Un musée a un droit de préemption pour acquérir une pièce rare qui a été mise en vente au prix et conditions de la cession envisagée.

Réagir à cet article

Commentaires